Modern technology gives us many things.

Zidane et le Real Madrid n’ont pas retenu les erreurs du passé

Le Real Madrid est l’un des rares grands clubs du Top 5 européen à ne pas avoir investi au mercato d’hiver. Les erreurs se répètent…

Malgré de grosses déficiences au sein de l’effectif, le Real reste le seul grand club avec la Juve à ne pas avoir investi au mercato d’hiver. Les erreurs estivales se répètent pour Zinédine Zidane et son staff.

 

Foreshadowing et erreurs de casting

Comme tous les entraîneurs, Zidane est un metteur en scène de sa propre équipe. Celui qui explique littéralement à sa petite troupe comment jouer. Celui qui doit tirer le meilleur des acteurs du match, la performance la plus sincère, la meilleure substance. Le propre d’un coach -ou d’un réalisateur- est de faire des choix. Les équipes, comme les grands films, portent un message et parfois, arrivent à le délivrer dans des conditions intelligibles au spectateur. Si gagner au Box-Office reste le but ultime affiché, certains films sont faits pour divertir, d’autres sont taillés pour le succès, de la première minute au générique de fin. Mais parfois, faute d’un bon casting, d’un accident de parcours ou d’une vision erronée du metteur en scène, le film déraille et s’éloigne de son propos initial.

Les aficionados du Grand Écran sont familiers de la technique du Foreshadowing, ou “plant and payoff”. Cette technique narrative subtile qui consiste à disséminer des indices en début de métrage, des indices qui serviront à suivre l’intrigue ou à poser son dénouement. Rendre le propos crédible, transmettre des informations, épaissir/introduire un personnage ou une sous-intrigue… Les possibilités sont multiples. Un Guardiola qui recrute Claudio Bravo, réputé pour son jeu au pied, dès son arrivée à Manchester City est un Foreshadowing de ses intentions de jouer à terre et de garder le ballon en sollicitant le portier comme un libéro. Le personnage de Q qui présente ses gadgets à James Bond use du même procédé. On sait comment les équipes de Guardiola jouent. On sait que l’agent 007 se retrouvera dans des situations ou sa montre-bracelet-laser, préalablement offerte par Q, lui sauvera la vie. Mais on a beaucoup plus de mal à deviner le projet de jeu de Zinedine Zidane cette saison. Surtout au vu du (non-)casting estival.

Cristiano Ronaldo Real Madrid

Souviens-toi… l’été dernier

Du film d’action épique de la saison dernière où le Real avait arraché la C1 et la Liga au terme d’une lutte homérique, nous nous sommes retrouvés au centre d’une comédie dramatique auteurisante où Zidane, en patriarche buriné, refusait l’été dernier de “trahir” ses enfants du vestiaire en investissant sur de nouvelles recrues qui les indisposeraient. Le résultat ne s’est pas fait attendre, avec des titulaires moins performants et un banc inexistant pour les suppléer. Notamment en attaque, sans oublier les blessures multiples qui n’ont jamais permis la pose d’un système de jeu pérenne, fluctuant constamment entre la très prévisible disposition en diamant, le 4-4-2 limité et le 4-3-3 toujours autant tributaire non pas uniquement de la forme, mais surtout de la disponibilité du trio déchu et notoirement claudiquant de la BBC.

La décision de ne pas investir en été était donc clairement une erreur. Mais l’obstination de Zidane de s’appuyer sur ses hommes de base et de ne pas recourir au chéquier pour combler les trous béants de son groupe allait transcender le mercato d’été pour s’inviter par la fenêtre du marché hivernal. Tétu, obtus, buté. Zidane est le Kubrick des entraîneurs. Un génie incompris. Même la peur du bide, le fait d’avoir jeté l’éponge en Coupe du Roi et une défaite aux points face au Barça en Liga n’ont pas mis KO ses convictions. Zidane persiste et signe. Ou plutôt, ne fait signer personne, entrant même en conflit avec sa direction selon les médias madrilènes.

Zidane persiste et personne ne signe

Lors du marché de janvier, exception faite des finalistes de la dernière Ligue des champions, seize des vingt premiers parmi les cinq ligues majeures du vieux continent ont recruté. Mais là où la Juve est deuxième de son championnat à un point du leader, le Real est quasiment devenu un érythème du ventre mou de la Liga, enchainant des prestations indigentes et dilapidant de précieux points face à des formations de moindre envergure. Même un Kepa bon marché, jeune, international espagnol et doté d’un immense potentiel a été négligé par Zizou, alors qu’il n’aurait eu que très peu d’impact sur la hiérarchie du vestiaire ou la pyramide salariale.

L’effeverscence d’un marché hivernal hautement actif (Coutinho, Alexis Sanchez, Laporte, Aubameyang, Diego Costa, Henrik Mkhitaryan, Giroud, Batshuayi, Iñigo Martínez, Deulofeu, Bartra, Walcott…) n’y a rien changé. Le Real est resté impassible malgré ses nombreuses déficiences. Comme si recruter allait accabler le groupe et menacer son unité. Et sans équipe B, la saison madrilène se rapproche de plus en plus d’une Série B.

Nanarland

Or, Zidane reconnaît lui-même que l’équipe est loin de ses objectifs comptables comme ludiques et s’en lamente en conférence de presse chaque semaine. Sa direction était pourtant disposée à recruter un joueur par ligne et surtout renforcer un secteur offensif aux abois avec un joueur d’appoint ou même une vedette à la Icardi. Mais Zidane n’a rien voulu savoir et s’est barricadé dans sa vision.

Alors que le petite troupe madrilène n’a potentiellement plus qu’une double représentation à grande diffusion à savourer cette saison face au PSG et pourrait éclairer sa saison au néant en cas de faux pas, il convient de se demander si Zidane avait prévu cette mise en scène. Si elle fait partie d’un “twist” final qui verrait le Real grimper sur le toit de l’Europe pour la troisième fois de rang après moult “cliffhangers” et retournements de situation. Ou si Zidane ne s’est pas tout simplement perdu en route, au confluent des considérations humaines, des convitions personnelles et de la nécessité de faire des choix.

Un film qui s’éloigne de son propos initial par manque de moyens ou par incohérence du projet artistique jusqu’à en devenir involontairement drôle est un “nanar”. Benzema qui maugréait après sa sortie face à Valence lors de la 21e journée en jetant son manteau alors que Zidane l’avait couvé et protégé face aux critiques, le laissant s’épanouir en évitant de lui coller un concurrent dans les pattes, tenait en tout cas plus du vaudeville burlesque que du cinéma de genre.

Goal.com

Les commentaires sont fermés.