Modern technology gives us many things.

Tunisie: le retour de Faouzi Benzarti comme sélectionneur

 

Le technicien tunisien Faouzi Benzarti a été nommé sélectionneur de l’équipe de Tunisie en remplacement du démissionnaire Nabil Maâloul. Âgé de 68 ans, il a déjà entraîné l’équipe tunisienne et plusieurs formations locales dont l’Espérance de Tunis et le Club Africain.

Pour la deuxième fois d’affilée, la Tunisie a fait appel à un ancien sélectionneur pour diriger la maison. Après Nabil Maâloul démissionnaire, qui a qualifié les Aigles de Carthage pour le Mondial 2018, c’est au tour de Faouzi Benzarti de s’y coller. Il est chargé de choisir lui-même ses adjoints et revient à un poste qu’il a déjà occupé. Benzarti aura la mission d’emmener la Tunisie à la prochaine CAN en 2019.

Deux années de contrat

Depuis 1994, les Aigles ont toujours participé à la compétition continentale. L’objectif d’une qualification ne paraît pas très compliqué. Il s’agirait plutôt de dépasser les quarts de finale atteints lors des deux dernières éditions en Guinée équatoriale et au Gabon. Le rêve: s’offrir une deuxième CAN après celle de 2004 remportée à domicile avec Roger Lemerre à sa tête. C’est d’ailleurs ce qu’espéraient la plupart des joueurs tunisiens à la suite de leur dernier match face au Panama en Russie (2-1). Anice Badri parlait d’un groupe « jeune et solidaire  qui a de l’avenir ». Faouzi Benzarti s’est engagé pour deux ans. Il avait conduit le Onze national en phase finale de la CAN 2010 en Angola, sorti au premier tour. Dès le 7 septembre prochain, il sera sur le banc avec une confrontation face au Swaziland pour la deuxième journée des qualifications  de la prochaine CAN.

Un curriculum vitae long comme le bras

Le Tunisien âgé de 68 ans, qui était arrivé la dernière fois à la tête des Aigles en 2009 après l’échec d’Humberto Coelho pour une place au Mondial 2010 en Afrique du Sud, a un curriculum vitae long comme le bras. Il a entre autres remporté neuf titres dans le championnat tunisien, une Ligue des champions et deux Coupes de la Confédération. Au Maroc, il a vécu une finale de la Coupe du monde des clubs avec le Raja Casablanca en 2013 face au Bayern Munich. « Je n’ai jamais imaginé rencontrer le Bayern mais grâce aux efforts des joueurs, nous avons atteint la finale », avouait à l’époque l’ancien entraîneur de l’Espérance de Tunis. « Je suis très heureux de ce choix. Le coach mérite amplement d’avoir cette opportunité après plusieurs succès avec les clubs. Je pense qu’il aura le temps qu’il faut pour faire du bon travail et réussir ce challenge », a déclaré l’ex-attaquant buteur, Zied Jaziri, champion d’Afrique en 2004.

 

 

Les commentaires sont fermés.