Modern technology gives us many things.

Sagnol tire à boulets rouges sur Bordeaux

Ancien entraîneur de Bordeaux, Willy Sagnol dresse un état des lieux accablant des Girondins. Un club qui, selon lui, n’est pas assez bien structuré et dans lequel Jocelyn Gourvennec n’est vraiment pas aidé…

La crise est plus profonde qu’on ne le pense à Bordeaux. Elle va bien au-delà des résultats, qui sont alarmants avec une quinzième place en Ligue 1, une seule victoire sur les quatorze derniers matches et une élimination embarrassante contre Granville dès les 32e de finale de la Coupe de France. Si Jocelyn Gourvennec a sans nul doute sa part de responsabilités dans cette très mauvaise passe, il n’est pas le seul qu’il convient de pointer du doigt. C’est en tout cas l’avis de Willy Sagnol, invité lundi soir dans l’émissionLe Vestiairediffusée sur SFR Sport.

A la tête de l’équipe de 2014 à 2016, l’ex-international français estime que l’entraîneur des Girondins est isolé. « A Bordeaux, tu n’as pas d’aide, déplore-t-il.Aujourd’hui, la seule personne qui a défendu Jocelyn, c’est le président (Stéphane Martin), mais ce n’est pas son rôle. Il y a un directeur sportif pour ça. Jocelyn a besoin d’un appui technique. Ça fait quatre mois que les résultats sont catastrophiques et le directeur sportif (Ulrich Ramé) n’a pas pris la parole une fois ! C’est aussi ça le fonctionnement d’un club. Jocelyn, il est tout seul ! »

« Jocelyn, il est tout seul ! »

Un manque de soutien que Willy Sagnol a lui aussi ressenti lorsqu’il était sur le banc de la formation aquitaine, et pas seulement au-dessus de lui. « Dans un club, ce ne sont pas que les joueurs et l’entraîneur qui vont faire que l’équipe va être bonne et gagner des titres, c’est tout le club, dit-il. Moi, il y a un mot que j’entendais souvent, c’est ‘35 heures’. Mais à un moment donné, quand tu as besoin d’un rapport de match ou d’un truc important, et qu’on te dit: ‘non, la personne qui doit le faire n’est pas là, 35 heures’, tu te dis: ‘mais on est où ?’. »

Autre problème soulevé par l’ancien adjoint de Carlo Ancelotti au Bayern Munich, celui des installations du FCGB qui, selon lui, ne sont pas au niveau. « Les structures même du club font qu’il ne peut pas y avoir de continuité sur le long terme, constate-t-il. Il faut des changements pour remettre un projet qui tienne la route sur les années prochaines. Le premier changement ? C’est partir du Haillan et construire une nouvelle histoire. […] Peut-être que des gens considèrent le Haillan très bien. Moi, je dirais qu’il n’y a pas pire pour un joueur de foot. »

« Le Haillan, il n’y a pas pire »

« Les terrains y sont de mauvaise qualité, enchaîne-t-il. J’adore Bordeaux et sa région mais il pleut souvent. A chaque fois qu’il pleut, les terrains sont gras donc la séance d’une heure que tu voulais faire, tu es obligé de la réduire, sinon tu finis l’entraînement, il n’y a plus de vert, le terrain est marron… Il y a deux ou trois terrains comme ça, ce sont les mêmes. Les vestiaires sont petits. Et la seule salle où les joueurs peuvent éventuellement partager un café ou discuter d’autre chose, elle fait à peu près 6 ou 7 mètres carrés, et il y a trente joueurs… »

Un paramètre qui, pour lui, a son importance dans la difficulté de Jocelyn Gourvennec à redresser la barre. « Aujourd’hui, il est dans une situation où c’est difficile, et il aurait besoin d’être plus avec ses joueurs, pour travailler plus. Mais le Haillan ne permet pas ça, note-t-il. Les joueurs ne peuvent pas y rester, ils vont faire l’entraînement mais après, pendant quatre heures, entre la fin de la première séance et le début de la deuxième, tu fais quoi ? Au Haillan, tu ne peux pas, donc tu rentres chez toi et tu perds le lien avec tes joueurs. » Accablant.

Football.fr

Les commentaires sont fermés.