Modern technology gives us many things.

Russie : Stanislav Cherchesov, ambitieux et imperturbable

Opposée à la Croatie ce samedi (20h00), la Russie n’est plus qu’à une marche du dernier carré. Atteindre les demi-finales, tel était justement l’objectif pour le moins ambitieux fixé par Stanislav Cherchesov, le sélectionneur de la Sbornaya, qui a su maintenir le cap malgré les critiques.

Dimanche dernier, tous les éléments étaient réunis afin que la Russie bascule dans l’ivresse. L’Espagne, prestigieux adversaire s’il en est, n’a pas réussi à trouver la clé. Sergei Ignasheivich et ses coéquipiers, éreintés, ont tenu bon jusqu’au bout des prolongations. Et, pendant la fatidique séance des tirs au but, Igor Akinfeev s’est sublimé. Quand le portier du CSKA Moscou a repoussé la tentative d’Iago Aspas, le Luzhniki tout entier a rugi de plaisir: La ferveur des supporters, euphoriques, s’est emparée des villes. Sur le terrain, les joueurs de la Sbornaya ont accouru vers le sauveur du soir. Stanislav Cherchesov, lui, était bien moins démonstratif. Le sélectionneur russe s’est contenté d’un salut de la main vers les spectateurs en guise de remerciements. Comme s’il était pleinement conscient de l’exploit réalisé, sans pour autant vouloir s’enflammer.

OBJECTIF DERNIER CARRÉ

Car Cherchesov avait annoncé la couleur dès sa prise de fonctions, à l’été 2016 : atteindre les demi-finales de la Coupe du Monde 2018. Un objectif qui a très longtemps semblé très ambitieux, voire utopique. Difficile, en même temps, de donner tort aux sceptiques. La Russie sortait alors d’un Euro calamiteux et les matchs amicaux qui ont suivi n’étaient pas franchement rassurants. Deux années durant, l’ancien entraîneur du Legia Varsovie a tâtonné, écartant certains joueurs avant de les rappeler (Aleksandr Kokorin, Sergei Ignashevich) tout en donnant l’impression de ne pas être en mesure d’établir une équipe-type. Les critiques se sont intensifiées au fur et à mesure que la liste des défaites s’allongeait. Tant et si bien qu’au coup d’envoi de ce Mondial, le 14 juin dernier, la question était avant tout de savoir si les Russes allaient être en mesure de sortir de leur poule.

CHERCHESOV  « JE SUIS OUVERT À LA CRITIQUE »

Trois semaines plus tard, la situation n’est plus du tout la même. Sortie de son groupe avec brio, la formation du pays hôte s’est offert le scalp de l’Espagne, ce qui lui permet de défier la Croatie ce samedi (20h00) en quart de finale. Les critiques, quant à elles, se sont totalement estompées. Ce qui semble pourtant laisser Cherchesov indifférent. « J’essaie de ne pas regarder la télévision, de ne pas lire les journaux, je me concentre sur mon boulot et c’est tout, a ainsi révélé celui qui fut gardien de l’URSS, de la CEI et de la Russie. (…) Je suis ouvert à la critique, si toutefois celle-ci est constructive, analytique et non offensante. » Adepte du 3-5-2 (ou 5-3-2), le sélectionneur de la Sbornaya a provoqué l’incrédulité de certains observateurs en mettant en place un 4-2-3-1 peu convaincant dans un premier temps, puis d’une efficacité redoutable pendant les poules. Et, face à la Roja, le coach russe est revenu à sa défense à cinq. Un choix qui s’est avéré payant.

CHERCHESOV : « JE NE PEUX PLUS RÊVER »

A priori totalement inatteignable il y a quelques semaines, le dernier carré n’est désormais plus très loin pour les partenaires d’Aleksandr Golovin. Seront-ils en mesure de franchir l’obstacle croate ? Cherchesov veut se donner le droit d’y croire. « A mon âge, je ne peux plus rêver, a déclaré le technicien de 54 ans devant les journalistes. Mon rôle, c’est de fixer des objectifs, match après match. » S’il n’a pas voulu donner d’indices quant au système qu’il mettra en place face aux Vatreni, l’ex-portier russe a malgré tout laissé entendre qu’il pourrait compter sur la présence d’un renfort de poids en la personne d’Alan Dzagoev. Sorti sur blessure lors du match d’ouverture, le milieu moscovite a repris l’entraînement avec le reste du groupe. Il pourrait donc être titulaire ce samedi à Sotchi, à l’occasion d’un des matchs les plus cruciaux de l’histoire du football russe. « J’espère que les rencontres les plus importantes sont encore à venir », a glissé Cherchesov. Prendre ses paroles à la légère serait bien imprudent.

 

Les commentaires sont fermés.