hooliganisme

Le hooliganisme est un problème « gonflé » et en réalité « minuscule » par rapport à la tâche que représente la préparation du Mondial-2018 (14 juin-15 juillet), assure jeudi le vice-président du comité d’organisation russe qui encourage les supporteurs à venir l’esprit libre. « Pour nous, il n’y a pas de problème avec le hooliganisme qui est plus répandu au niveau des clubs, donc nous ne le voyons pas comme une menace », a assuré Alexander Djordjadze, depuis la Chine où il participe au forum mondial sur le football.  pour lui, le hooliganisme, « C’est un problème minuscule par rapport à la préparation d’une Coupe du monde. Bien sûr que c’est gonflé par les médias de certains pays. Le Mondial sera très sûr, nous encourageons les supporteurs à venir ».

« Ce serait bien que les gens suivent leurs instincts, viennent au Mondial, et n’écoutent pas des informations parfois fausses, parfois montées en épingle. Nos agences de sécurité prennent des mesures, elles connaissent les personnes sur les listes de hooligans qui n’auront pas le droit d’accéder aux stades, comme cela se fait au Royaume-Uni. Donc pour nous, ce n’est pas un problème », a-t-il ajouté. « De façon générale, la sécurité sera à un très haut niveau compte-tenu des expériences d’un passé récent. Mais cela n’empêchera pas de vivre une expérience positive pour les fans », conclut M. Djordjadze.

Des attaques brutales et minutieusement préparées ont été menées par des groupes de hooligans russes en France lors de l’Euro-2016. Depuis, un parlementaire local russe a appelé à légaliser la violence des supporteurs en marge du football, qu’il considère comme un spectacle à part entière. Un capo local a également assuré dans un documentaire britannique qu’il fallait s’attendre à un véritable « festival de violence » en Russie dans un an.

Le président Vladimir Poutine a promulgué en avril une loi qui durcit la législation contre les responsables de troubles lors de rencontres sportives comme le hooliganisme, notamment en prévoyant l’interdiction d’entrée en Russie aux hooligans étrangers. Et la Fifa a affirmé avoir « confiance dans les autorités pour que tout soit fait » pour la sécurité des supporteurs en Russie.

Pour le pays-hôte du Mondial-2018, qui sera disputé dans 11 stades du pays, le premier test grandeur nature aura lieu en juin lors de la Coupe des Confédérations.

Sport24 avec Afp

PARTAGER

Laisser un commentaire