Modern technology gives us many things.

Rugby: le Sénégal 4ème équipe africaine

De fait, les Lions ont gagné leur place dans l’élite du rugby africain qui jouera une nouvelle compétition en 2017 où s’affronteront les 6 meilleures équipes du continent.

Invaincue en 2016, telle est la belle année rugbystique de nos lions. Un magnifique tournoi malgache, avec deux victoires à la clé, contre la Zambie et les hôtes malgaches dans une ambiance du tonnerre, en juin dernier. Puis une finale remportée contre la Tunisie, à Monastir, où le Sénégal ne partait pourtant pas favori, il y a un peu plus de deux mois. 3 matches, 3 victoires, qui couronnent dix ans d’une progression régulière dans la hiérarchie africaine.
Avec cette dernière victoire, le rugby sénégalais grimpe donc dans le bon wagon, celui de l’élite africaine du rugby. Le Sénégal, 39èmenation au dernier classement mondial, est maintenant la cinquième nation africaine derrière l’Afrique du Sud, la Namibie, le Kenya et le Zimbabwe. Nous devançons maintenant des pays comme Madagascar, l’Ouganda ou la Tunisie, de vraies places forte du rugby africain !
L’objectif de la FSR est bien entendu de se maintenir en groupe A à l’issue de cette compétition des 6 nations africaines en 2017. Si nous réussissons cet objectif nous jouerons le tournoi de qualification en 2018 dont le vainqueur ira à la coupe du monde 2019 au Japon.
Au niveau sportif, Jean-Marc Foucras, coach emblématique de la sélection quitte le poste après dix ans de bons et loyaux services. À la tête des Lions, Léon Loppy, son adjoint depuis toujours, prend la place, avec Philippe Oro. qui accompagne les Lions depuis déjà un an. Le duo comptera sur un large effectif d’internationaux évoluant dans les différents championnats français, « avec de très bons jeunes », annonce Léon Loppy, « comme Abdelkader Fofana qui joue en espoir à Brive, Cheikhou Danfakha, en espoir au Racing92 ou Lamine Silla qui joue en Fédérale 1 à Limoges avec notre capitaine Mouhamed Samba. Et nous espérons faire de nouvelle découverte en France. »
« Mais la sélection comptera aussi sur nos locaux, à l’instar de Georges Pompidou Mendy totalement formé au Sénégal et qui vient d’arriver en France ou Ibrahima Diao, qui étaient avec nous en Tunisie. La compétition sera longue et nous aurons besoin de toutes les forces vives, dans ce but Jean-Marc Foucras viendra surement au Sénégal en cours d’année pour faire une revue d’effectif en vue de la compétition de cet étéil faut donc que les joueurs locaux se préparent », ajoute Léon Loppy, avant de conclure: « car le Sénégal ne se présentera pas en victime dans cette compétition, mais bien s’affirmer dans l’élite. »

Senxibaar

Les commentaires sont fermés.