Modern technology gives us many things.

Quand Ronaldo ne marque pas, le Real peut toujours compter sur Benzema

Zinedine Zidane et le Real Madrid y sont presque. Malgré une saison moyenne en Liga, les Merengue sont à nouveau en finale de la Ligue des Champions. Le 26 mai prochain, le Real Madrid visera donc un troisième sacre européen d’affilée: du jamais vu. Pourtant, ce soir, les Madrilènes ont eu très chaud contre un Bayern bien décidé à inverser la vapeur après la défaite subie à Munich mercredi dernier. Mais le Real a su exploiter les faiblesses bavaroises pour faire mal au bon moment et accrocher un partage amplement suffisant à son bonheur (2-2). Reste à connaître l’adversaire: Liverpool ou la Roma? Réponse mercredi soir.

Le Match

On pouvait s’y attendre, ça s’est confirmé très vite: le Bayern avait décidé de mettre la pression sur le Real d’entrée. Il n’a d’ailleurs pas fallu plus de deux minutes à Kimmich pour ouvrir le score suite à une approximation défensive de Sergio Ramos. Touché mais loin d’être coulé, le Real n’a pas tardé à réagir. A nouveau décisif, Marcelo adressait un centre parfait à Benzema, oublié par Alaba, qui en profitait pour remettre les deux équipes à égalité. Ce qui n’a pourtant pas refroidi les ardeurs du Bayern au contraire. Les Bavarois ont continué à dominer les débats, se créant même l’une ou l’autre belle opportunité, mais ne parvenaient pas à les concrétiser.

Et c’est finalement une énorme boulette d’Ulreich qui offrait littéralement le second but à Benzema au retour des vestiaires. Mais comme dans un scénario parfait pour le spectateur neutre, le match n’était pas encore fini, puisque James Rodriguez remettait du suspense dans la rencontre à une demi-heure du terme. Navas devait d’ailleurs encore sortir plusieurs ballons chauds dans les dernières minutes de la rencontre. Suffisant pour offrir une nouvelle finale de Ligue des Champions ce soir. Mais le vrai gagnant ce soir, c’est le football. Des buts, du spectacle, de l’intensité et un match de haut niveau… On aura vécu une véritable demi-finale de Ligue des Champions de haute volée sur la pelouse de Santiago Bernabeu.

Le moment marquant

L’énorme boulette d’Ulreich
Sven Ulreich risque de ne pas passer une très bonne nuit. La faute à cette bévue inconcevable commis en tout début de seconde période. Alors que le Bayern semblait avoir les cartes en main pour inverser le cours de cette double de confrontation, le gardien allemand a commis l’irréparable. Manque de concentration ? Le gardien du Bayern a voulu prendre en main un ballon qui venait des pieds d’un de ses partenaires. Quand il s’en est rendu compte, il a retiré ses bras et a laissé passer le ballon derrière lui. Karim Benzema n’en demandait pas tant. Et le Bayern ne s’en est jamais véritablement remis.

La stat

55
Impossible de ne pas mettre en évidence Karim Benzema ce soir. En plus d’avoir qualifié le Real pour la finale de la Ligue des Champions, il s’est offert une place toujours plus importante dans l’histoire de la compétition. Benzema fait tout simplement partie des cinq meilleurs buteurs de l’histoire de la C1 avec 55 buts désormais. Loin derrière Ronaldo (120), certes, mais la performance mérite d’être saluée.

La déclaration

La déception est énorme car nous avons eu les occasions pour nous qualifier et parce qu’on méritait de passer.David Alaba

La question

La “undecima” peut-elle encore échapper au Real Madrid?
Après le PSG et la Juventus, c’est donc le Bayern qui a fait les frais de l’insatiable réussite du Real Madrid. Comme le PSG et comme la Juventus, les Bavarois ont eu les opportunités pour faire basculer la rencontre dans leur camp, mais c’est quand même le Real qui se qualifie pour la finale de la Ligue des Champions. Et quel que soit leur adversaire en finale, les Madrilènes partiront clairement favoris le 26 mai prochain à Kiev. Mais il faudra se méfier de la Roma ou de Liverpool car, quoi qu’il arrive, les onze mecs qui se présenteront face au Real fin mai n’auront rien à perdre.

© reuters.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.