Modern technology gives us many things.

La presse italienne s’amuse: “Au revoir l’Allemagne, on se voit à la plage!”

Au lendemain de l’élimination surprise de l’Allemagne de la Coupe du monde, la presse européenne navigue entre stupéfaction et ironie, et certains titres n’hésitent pas à établir un parallèle entre l’élimination de la Mannschaft et la situation politique du pays.

“On se voit à la plage”: le titre barre la Une du Corriere della Sera, référence à l’absence de l’Italie à la Coupe du monde. “Elle est justement sortie du Mondial au premier tour et, comme nous, en vacances”.

Toujours sur le ton ironique, Mundo Deportivo, quotidien sportif espagnol, ose un “Kaputt historique” avec un cliché de Thomas Müller et Manuel Neuer en détresse.

Dans son style inimitable, le journal populaire The Sun a affiché un grand un classement du groupe F avec l’Allemagne à la dernière place, avec des pointillés pour découper tout autour: “A découper et conserver pour quand vous vous sentez mal”.

Mais au-delà de l’aspect purement football, les journaux se lancent dans un parallèle avec les problèmes politiques qui touchent le pays. “On découvre aujourd’hui une Allemagne sur la même marche que la nôtre. Il faut nous habituer aux retournements des traditions, des habitudes. Le modèle allemand se réveille à l’improviste avec les yeux cernés et la migraine: prétention, ventre plein, tensions internes, problèmes politiques”, écrit le Corriere della Sera en Italie.

Une Allemagne “arrogante”
A Londres, The Times souligne: “arrogante, misérable, divisée: l’Allemagne est sortie”. En pages intérieures, on peut lire que l’élimination “reflète une préparation désastreuse, une présomption arrogante de succès et un esprit d’équipe atroce au camp de base”. Et le journal note que pour la première fois depuis 1966, l’année du titre anglais, l’Angleterre va faire mieux que l’Allemagne…

En Italie, La Repubblica puise encore plus loin dans les références historiques: “L’Allemagne n’était jamais sortie au premier tour, si ce n’est en 1938, quand il y avait 16 équipes et qu’on commençait aux 8es. Nous sommes donc au point le plus bas, ou plutôt le plus dramatique de 80 ans d’histoire, l’histoire d’un sport qui se joue à onze et où ce sont les Allemands gagnent à la fin.”

Côté belge, L’Avenir titre “L’Allemagne remballée chez elle comme jamais” et prévoit “la chute de l’empire de Joachim Löw”. Pour les journaux du Groupe Sudpresse, c’est la “Ka-tas-tro-phe !” pour une élimination “imprévisible, mais annoncée”. La Dernière-Heure-les-Sports qualifie la sortie de l’Allemagne de “Kolossal débâcle”, ajoutant sur fond historique que “l’Allemagne a capitulé” ajoutant que “la faillite est totale, du sélectionneur aux joueurs.”

En résumé, tous soulignent, comme Le Soir, “une déroute historique pour l’Allemagne”.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.