Modern technology gives us many things.

Pierre Ducroq : « Limoger Blanc du PSG a été une erreur »

Présent lors du jubilé des Titis du PSG, Pierre Ducroq, ancien joueur du club et aujourd’hui consultant à la télévision, s’est confié pour Onze Mondial sur la saison du club parisien.

Quel sentiment as-tu de voir toutes ces générations du PSG réunies cette année encore ?

On est toujours partagé entre le bonheur, le plaisir de se retrouver entre anciens et la pitié qu’on a de se voir jouer tellement c’est pitoyable. Maintenant au bout d’une minute trente, on est carbonisé (rires). Non, c’est vraiment génial ! On remercie Anthony Vivien (le président et fondateur de l’association les Titis du PSG) de nous organiser ça c’est beaucoup de boulot pour lui. Et nous, c’est la seule occasion qu’on a de se retrouver, donc c’est beaucoup de bonheur.

Ici c’est vraiment l’âme du club. N’est-ce pas ça qui manque au club aujourd’hui ?

Oui, c’est ce qui parfois manque au PSG, cet esprit de famille, et ça passe par là. C’est quelque chose que le club devrait organiser. Réunir les anciens du centre de formation c’est quelque chose d’important pour moi. Ça véhicule un esprit pour le club. Ce ne sont pas que des anciens professionnels. Ce sont des pensionnaires du centre de formation qui ont fait plein de choses différentes. Certains ne sont pas devenus professionnels, d’autres oui. C’est très enrichissant de pouvoir se retrouver comme aujourd’hui.

C’est dur de sortir du centre de formation du PSG ?

C’est compliqué… C’est un tel niveau. Il faut faire partie des tous meilleurs d’Europe pour pouvoir jouer au PSG. Le centre de formation a beau être efficace et productif, on ne sort pas forcément pro au PSG. Mais le centre de formation forme beaucoup de professionnels pour la ligue 2 et la Ligue 1. Mais peu pour le PSG car c’est une exigence qui réclame un niveau assez élevé.

Cela a beaucoup évolué depuis ton époque ?

Oui énormément ! À mon époque on allait encore dans les collèges et les lycées de Saint-Germain. Les installations ont énormément évolué, l’organisation aussi. Il y a maintenant beaucoup plus de staffs médicaux pour les jeunes, il y a les coachs adjoints, la vidéo… Depuis mon époque, ça a évolué et heureusement !

Quelle est ta vision de la saison du PSG qui vient de s’écouler ?

C’est une saison qui était annoncée comme une année de transition. Ce qui est tout à fait normal. En prime on a eu un Monaco inaccessible, qui a été beaucoup trop fort. Donc on a en plus subi ça. On a eu une saison avec un nouveau coach qui a de nouveaux principes mais tous les joueurs ne correspondent pas forcément à ces nouvelles idées. Il faut que l’alchimie se fasse. Mais tout n’est pas à jeter quand même. On est deuxième, on a gagné au moins une coupe et il y a celle de samedi contre Angers (l’interview a été réalisée avant la finale. Paris s’est imposé 1-0 contre Angers, Ndlr). Ce n’est pas dégoutant non plus.

Le 6-1 contre Barcelone masque tout ce côté positif, non ?

C’est ce que réclame l’exigence du très très haut niveau, là où doit se situer le PSG. Tu n’as pas le droit de vivre un match comme celui-là. Pourtant, ça arrive dans le sport et heureusement. Mais c’était exceptionnel.

Penses-tu que ce fut une erreur de prendre Unai Emery ?

Je pense qu’au départ, le fait d’avoir limogé Blanc a été une erreur. Parce qu’il y avait une équipe qui continuait à être bonne, à avoir des marques et des repères. Après, quand tu prends la décision de limoger Laurent Blanc, je ne pense pas qu’Emery soit un mauvais choix. Mais c’est un nouveau coach avec une équipe qui ne lui correspond pas forcément.

Le projet s’essouffle-t-il depuis quelques mois ?

C’est flou. Il ne faudrait pas que la phase de transition prenne trop longtemps car on va avoir un nouveau directeur sportif avec une nouvelle ligne directrice. Tout cela prend du temps à s’installer et le PSG a déjà pris une année de transition, il ne faudrait pas qu’il y en ait deux ou trois.

Le PSG a-t-il reculé de 4 ans ?

Pas tout à fait quand même parce qu’il y a des bases beaucoup plus solides avec un noyau dans l’équipe qui est installé depuis longtemps. On ne peut pas dire que ces gens-là n’ont rien fait pendant 4 ans et que le niveau est le même. Mais il est vrai qu’il y a un petit coup d’arrêt dû à cette année de transition.

À propos de l’ambiance du Parc, comment vois-tu le retour des Ultras ?

Bien. Je le vois d’un bon oeil. Il faudrait même qu’il y en ait encore plus et que ça fasse encore plus de bruit. J’étais très triste pendant 3-4 ans quand je commentais les matchs à la radio de voir l’ambiance morte du Parc. Donc je suis très content mais il faut que ça se fasse par étapes. Il faut éviter de faire des erreurs car sinon, on va reculer de deux pas. Il faut donc être très prudent. Je suis pour qu’on laisse de la liberté aux ultras qui « font » le Parc.

Quel est ton joueur préféré ?

Marquinhos. Car c’est la force tranquille qui ne déçoit jamais. C’est un garçon qui doit être titulaire tout le temps dans la défense centrale. Il y a d’autres joueurs très très forts mais, pour moi, c’est un très très très bon joueur de très haut niveau. En plus c’est un gars qui est sain, qui travaille, qui ne dit rien et qui ne fait pas d’esclandres dans les médias. C’est un joueur exemplaire.

Qui verrais-tu au mercato venir rénover le PSG cet été ?

Quelqu’un en attaque, sur un côté pour avoir un Di Maria, un Draxler toujours sous pression. J’ai l’impression que Lucas s’essouffle un peu. Il ne passe pas le cap. C’est pourtant un joueur extraordinaire mais ses prestations sont toujours en dents de scie. Il faut donc, peut-être, un joueur sur un côté. Et, l’air de rien, on dépend aussi beaucoup de Cavani cette année. C’est un guerrier qui ne se blesse jamais donc tout va bien mais s’il se blesse, cela pourrait être compliqué. Donc avoir quelqu’un qui serait capable de l’assister ou de le suppléer devant, ce serait bien.

Onzemondial

 

Les commentaires sont fermés.