Modern technology gives us many things.

Nouvelles inquiétantes pour l’arbitre du match Réal Madrid-Juventus

Les amoureux du football se rappellent sans doute de Michael Oliver, l’arbitre du quart de finale retour de la Ligue des champions entre le Real Madrid et la Juventus de Turin. L’on se souvient que ce dernier avait sifflé un penalty contesté par la Juve dans le temps additionnel qui a qualifié le Réal Madrid en demi-finale.

Le capitaine de la Juve Gianluigi Buffon avait énergiquement contesté cette décision de l’arbitre au point de se faire expulser.

Pour les joueurs et les supporters de la Juve, l’arbitre a gracieusement offert la qualification au Réal Madrid qui ne l’a pas méritée, selon eux.

Cependant , selon nos confrères de besoccer, depuis quelques jours les nouvelles ne sont pas rassurantes pour ce jeune arbitre de 33 ans. Non seulement il est régulièrement victime de menaces de mort, mais en plus, il est la cible des messages insultants sur les réseaux sociaux. Au regard de tout ceci, l’UEFA a décidé de voler au secours de cet arbitre anglais ainsi que de sa femme, en les plaçant sous protection de la police de la région de Northumbria.

Très remonté par la décision arbitrale, Gianluigi Buffon avait déclaré que l’arbitre avait « un sac poubelle à la place du coeur » en prenant  la décision de siffler ce pénalty.

Le numéro de téléphone de sa femme a été posté sur un réseau social, et celle-ci a reçu des messages insultants et menaçants.

« Nous sommes conscients des messages menaçants postés sur les réseaux sociaux« , a déclaré un porte-parole de la police de Northumbria, une région au nord de l’Angleterre, lundi. « Ce type de comportement est totalement inacceptable et ceux qui écrivent ces messages doivent savoir que cela pourrait constituer un crime« , a-t-il précisé.

« Les officiers de police du quartier sont en relation avec les victimes, et ils leur ont offert leur soutien et demandent à ce que toute nouvelle offense leur soit signalée« , ajoute-t-il.

Afrikmag

Les commentaires sont fermés.