Modern technology gives us many things.

Nouvel échec pour le PSG, le Real en toute tranquillité

Encore raté! Nouvelle désillusion pour le PSG qui avait investi beaucoup d’argent à l’aube de la saison pour enfin briller en Ligue des Champions. Pari manqué. Autre objectif non atteint, celui de faire chuter le Real sans Neymar. Les Madrilènes n’ont même pas tremblé au Parc des Princes. Pas inquiétés en première période, ils ont rapidement enterré les derniers espoirs parisiens en début de deuxième mi-temps grâce à Ronaldo (52e, 0-1). L’exclusion de Verratti (66e), les buts de Cavani (71e, 1-1) et Casimero (80e) sont anecdotiques. Le nouvel échec du PSG, beaucoup moins. Unaï Emery a-t-il déjà validé son départ en fin de saison? Le Real, lui, peut toujours sauver la sienne grâce à la C1.

Le match

Maîtrise pour le Real, impuissance pour le PSG. Voilà les deux mots qui résument sans doute le mieux un choc retour un peu décevant. Décevant pour le spectateur neutre, qui s’est nettement moins amusé que lors du match aller, et pour le supporter parisien qui a été contraint de constater durant 90 minutes l’incapacité de son équipe à répondre à l’énorme attente.

Pas de changement de rythme, peu de mouvements et d’occasions de but, le PSG a complètement manqué son rendez-vous. Celui qu’il ne pouvait pas louper. Jamais il n’a semblé en mesure de pouvoir accrocher la qualification, même pas de faire un peu douter les Merengue.

Un constat d’échec. Un de plus sur la scène européenne. Tout le contraire d’un Real toujours aussi impressionnant en Ligue des Champions. Ronaldo et ses coéquipiers ont contrôlé la rencontre avec une admirable aisance.

L’homme du match

Zinédine Zidane
Quand une équipe se comporte avec autant de calme et de maîtrise au Parc des Princes et gère un avantage de deux buts de cette manière, on ne peut que saluer l’entraîneur. Critiqué pour les résultats en Liga et l’élimination en Coupe du Roi, Zinédine Zidane a montré toute l’étendue de son talent d’entraîneur lors de cette double confrontation.

Si son équipe a été malmenée à Santiago Bernabeu, le Français avait réalisé des changements gagnants. A Paris, il a pris le risque de ne pas aligner Kroos et Modric, pas encore rétablis à 100%, et de faire confiance à Kovacic et Casimero dans l’entrejeu. Des joueurs différents, un équilibre identique. A souligner aussi, son choix de faire débuter Bale sur le banc lors des deux matches.

Sur les 180 minutes, l’ancien meneur des Bleus n’a pas pris une seule mauvaise décision.

La statistique

19
Le nombre de matches et… de victoires du PSG à domicile cette saison avant le revers face au Real. Les Parisiens l’avaient toujours emporté au Parc des Princes avec au minimum deux buts d’écart. Face aux Madrilènes, ils ont éprouvé toutes les peines du monde à se montrer dangereux devant le but.

La déclaration

« On ne va pas parler de l’avenir d’Unaï Emery, aujourd’hui. Tout le monde est énervé.On va se calmer et réfléchir. »

Nasser Al-Khelaifi, président du PSG

Emery a-t-il acté son départ?

Le contrat d’Unaï Emery prend fin en juin prochain. Son aventure à Paris devrait, au plus tard, se terminer à ce moment. Un accord tacite existait entre le coach espagnol et la direction parisienne: un départ en cas d’absence dans le dernier carré en Ligue des Champions. L’élimination est précoce, le sort d’Emery sans doute scellé. Même un triplé sur la scène nationale ne suffira pas à sauver sa tête. Emery et Paris, c’est (bientôt) fini.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.