Modern technology gives us many things.

Mondial 2018: le VAR agira depuis Moscou

La Fédération internationale de football association (FIFA) a détaillé mardi sur son site les modalités de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) durant la Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet).

Durant le Mondial, une équipe d’arbitres assistants vidéo soutiendra le trio arbitral lors de chacun des 64 matchs de la compétition. Contrairement à ce qu’il se passe en Jupiler Pro League, où le VAR est installé dans une camionnette à côté du stade, l’équipe d’arbitres assistants vidéo agira depuis une salle de régie vidéo centralisée, située à Moscou.

Toutes les images des caméras de télévision des douze stades de la compétition seront fournies à la salle de régie via un réseau en fibre optique. Dans chaque stade, l’arbitre de champ communiquera avec l’arbitre assistant vidéo via un système radio sophistiqué. Ce qui est nécessaire, car certains stades sont forts éloignés de Moscou: Ekaterinbourg se trouve à 1.418 kilomètres de la capitale, Sotchi à 1.361 kilomètres et Kaliningrad à 1.092 kilomètres.

Dans la salle de régie de Moscou, l’équipe sera composée d’un arbitre assistant vidéo et de trois adjoints. « Quatre techniciens vidéo sont chargés de sélectionner et fournir les meilleures images. Deux d’entre eux présélectionnent les angles de caméras les plus susceptibles d’être utilisés et les deux autres fournissent les angles finaux choisis par l’arbitre assistant vidéo et son adjoint N.2 pour chaque incident contrôlé ou visionné. »

35 caméras à disposition
L’équipe d’arbitres assistants vidéo aura accès aux images de 33 caméras de télévision par stade et disposera également de deux autres caméras qui se consacrent uniquement à l’identification des hors-jeu. Les images de ces deux caméras ne sont accessibles qu’à l’équipe d’arbitres assistants vidéo.

L’équipe d’arbitres assistants vidéo aide l’arbitre de champ dans quatre types de cas: les buts, les penalties, les cartons rouges directs et l’identité d’un joueur à sanctionner. « Les arbitres de champ ont reçu des instructions claires afin de savoir quand accepter les informations de l’équipe d’arbitres assistants vidéo et quand aller eux-mêmes visionner un incident sur l’écran prévu à cet effet sur le bord du terrain avant de prendre la décision appropriée », précise l’instance. « L’arbitre assistant vidéo ne prend aucune décision lui-même; il soutient uniquement l’arbitre de champ dans le processus décisionnel et la décision finale ne peut être prise que par cet arbitre de champ. »

Les spectateurs et téléspectateurs seront informés du recours à la vidéo par les diffuseurs et les commentateurs. La FIFA a en effet développé un système d’information: à chaque match, un représentant de la FIFA tiendra les diffuseurs et les commentateurs informés des différentes étapes de la procédure d’examen de la vidéo via une tablette connectée, leur indiquant notamment la raison du recours à la vidéo et le résultat de ce recours.

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.