Modern technology gives us many things.

Mondial 2018 : le refus de Rabiot, un cas presque unique

Adrien Rabiot refuse de faire partie de la liste des suppléants de l’équipe de France pour la Coupe du monde en Russie. Avant lui, d’autres joueurs ont déjà décliné une sélection.

On a beau chercher dans les annales, on ne trouve pas trace du refus d’un joueur tricolore d’intégrer le groupe de suppléants. Et pour cause, la liste complémentaire est récente, « inventée » en quelque sorte avant le Mondial 1998. Son principe consiste à demander à un groupe de joueurs de se tenir prêts à parer toute blessure ou forfait avant le début officiel de la compétition.

Voir son nom dans le groupe des réservistes en a frustré plus d’un. Mais avant cela, d’autres joueurs ont déjà claqué la porte de l’équipe de France ou décliné une sélection.

Marcel Loncle, septembre 1963

Lorsqu’il décide de quitter précipitamment les Bleus avant un match préparatoire aux qualifications du Championnat d’Europe, personne ne comprend une telle décision. Certains proches pensent que le mal remonterait à une année auparavant : le milieu rennais n’aurait pas apprécié d’être remplacé par l’avant-centre valenciennois Joseph Bonnel. Pour cet écart, Loncle écope de quinze jours de suspension.

Raymond Kopa, octobre 1963

La légende du Stade de Reims est suspendue quinze jours. En cause, une brouille avec le sélectionneur Georges Verriest. Malgré une discussion avec l’entraîneur Henri Guérin, l’attaquant de 32 ans repartira seulement quelques heures après le début du rassemblement. C’est la dernière fois que Kopa apparaîtra en équipe de France.

Serge Chiesa, novembre 1972

À l’occasion d’un match amical contre l’Irlande, Georges Boulogne sélectionne le jeune attaquant lyonnais âgé de 21 ans. Mais le jour du rassemblement, aucune trace de Chiesa. Malgré deux mois de suspension, il récidive deux ans plus tard, en quittant le groupe avant un match capital contre la RDA pour la qualification au Championnat d’Europe. Deux matchs de suspension, 5 000 francs d’amende et une explication de l’intéressé : « Mes dirigeants et Aimé Mignot (NDLR : entraîneur de l’OL) ont exigé que je vienne. Mais je ne resterai pas ici. J’ai rien contre personne. Seulement les stages m’ennuient. Même si mon club en organisait, je n’irais pas. »

Eric Cantona, août 1988

La réponse du « King » Cantona est cinglante lorsqu’il apprend qu’il n’est pas convoqué avec les A par Henri Michel, l’ancien sélectionneur récemment disparu, à l’occasion d’un match amical contre la Tchécoslovaquie (1-1) : « Je lisais un truc de Mickey Rourke, parce que c’est un gars que j’adore, qui disait que le mec qui s’occupe des Oscars est un sac à merde. Je pense qu’Henri Michel n’en est pas loin. »

Une sortie médiatique qui lui vaudra un an de suspension alors même que Cantona, âgé de 22 ans, est retenu avec les Espoirs. Pas suffisant à ses yeux.

Lionel Charbonnier, octobre 1998

Le match de qualification pour l’Euro 2000 face à la Russie (3-2) sera la dernière apparition en bleu de Lionel Charbonnier. Le gardien auxerrois, appelé par Roger Lemerre, pensait prendre la place de Fabien Barthez, forfait. En apprenant que sa place serait plutôt sur le banc, Charbonnier quitte précipitamment la sélection et prend deux matchs de suspension.

Nicolas Anelka, novembre 2002

Ecarté de la Coupe du monde 1998 au dernier moment par Aimé Jacquet, l’attaquant français de Manchester City refuse de rejoindre le groupe formé par Jacques Santini en 2002 pour disputer un match amical contre la Yougoslavie (3-0). La raison ?

Un problème de confiance semble-t-il, comme il le confie au « Parisien ». « Je sens aujourd’hui que cette sélection est un peu forcée. J’ai besoin d’être approuvé par tous les membres du staff pour me sentir au mieux. » S’ensuit une suspension de deux ans entrecoupée d’une interview dans l’hebdomadaire « Paris Match » en août 2003 dans laquelle il envoie du lourd contre Santini. « Je n’ai pas besoin de l’équipe de France. Qu’il s’agenouille devant moi, s’excuse d’abord, et après je réfléchirai. »

Après une suspension de deux matchs, Anelka ne retrouvera l’équipe de France que trois ans plus tard, le 9 novembre 2005 contre le Costa Rica.

leparisien

Les commentaires sont fermés.