Modern technology gives us many things.

Liverpool rejoint le Real en finale de la Ligue des champions

Des buts (4-2), mais pas de suspense (ne vous fiez pas au score) ni de remontada, la Roma n’est pas parvenue à créer à nouveau l’exploit. Très vite menés, les Italiens ont repris un peu d’espoir l’espace de… dix minutes et le deuxième but anglais (25e, 1-2) La suite? Un refus d’abdiquer, mais une incapacité à vraiment faire douter Liverpool. Même pas avec ce quatrième inscrit à la 94e minute. Les Reds émergent logiquement au terme d’une double confrontation spectaculaire (7-6) et retrouveront le Real en finale à Kiev. A noter l’étrange soirée de Nainggolan, auteur d’une bourde sur le but d’ouverture et… d’un doublé.

Le match

C’était attendu au vu du déroulement de la manche aller, Simon Mignolet sera l’unique représentant des Diables Rouges  à Kiev le 26 mai prochain pour la finale de la Ligue des Champions.

Une énorme déception pour Nainggolan qui a pratiquement mené son équipe vers l’exploit en inscrivant deux des quatre buts romains? Ca, c’est si on se fie uniquement au marquoir. La soirée du Ninja a été bien plus contrastée que cela. Dès la 9e minute, il permettait aux Reds de tuer quasiment dans l’oeuf les minimes illusions italiennes via une perte de balle coupable rapidement mis à profit par Mané.

Mais à l’instar de son équipe, l’international belge a fait preuve d’orgueil et a soigné sa sortie avec un doublé aussi joli que tardif et inutile. Une frappe sèche à distance dont il a le secret (86) et un penalty tout en puissance (94e).  Ses premiers buts de la saison en Ligue des Champions.

La Roma et Nainggolan sortent la tête haute. Liverpool mérite sa qualification. Deux enseignements limpides après cette demi-finale.

L’homme du match

Sadio Mané
Eblouissant au match aller, Mohamed Salah s’est montré beaucoup plus discret à Rome, laissant à Mané le soin de s’illustrer sur le front de l’attaque de Liverpool.

La vitesse du Sénégalais a posé beaucoup de problèmes à la défense romaine. L’ancien joueur de Southampton a aussi rapidement soulagé ses coéquipiers avec un but précoce. Quand la star égyptienne « oublie » de briller, les Reds peuvent compter sur d’autres individualités.

Le fait marquant

La bourde de Nainggolan

Une passe en retrait inratable, mais complètement manquée qui offre une contre-attaque et un but crucial à l’adversaire après seulement dix minutes de jeu, voilà l’entame de match catastrophique de Radja Nainggolan. Une erreur qui a conditionné la suite de la rencontre (malgré le score final). Très vite la Roma a pu oublier le scénario rêvé, celui réalisé face au Barça (victoire 3-0 et qualification).

La statistique

8
Liverpool s’apprête à disputer sa huitième finale de Ligue des Champions.  Soit trois de plus que n’importe quel autre club anglais. C’est Manchester United qui pointe à la deuxième place avec cinq finales. La dernière fois que les Reds ont atteint ce stade de la compétition, c’était en 2007 face au Milan AC (défaite 2-1). Deux ans après la fabuleux exploit et un succès décroché au détriment… de l’AC Milan (3-3 et victoire aux tirs au but en 2005).

La question

Liverpool peut-il priver le Real du triplé?
Le Real est favori? Sans doute. Mais cette finale s’apparente tout de même à du 50-50, Liverpool passe rarement au travers des grands événements. Ils remporté cinq de leurs sept finales en C1. Sur ce genre de rencontre, les Reds ont la faculté de battre n’importe quel adversaire. Madrid y compris.

Autre argument, encore plus significatif: le parcours remarquable des hommes de Klopp dans cette Ligue des Champions, avec notamment 40 buts marqués. Ils ont planté sept buts à la Roma, cinq à City, quatre au Barça et ont su infliger deux 7-0 lors de la phase de groupes (face à Maribor et au Spartak Moscou).

Trois joueurs ont pris  à leur compte 29 des 40 buts: Salah (10), Firmino (10) et Mané (9). Preuve qu’ils ne sont pas séduisantes que dans leur antre, les Anglais ont inscrit autant de but à domicile qu’à l’extérieux (20).

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.