Modern technology gives us many things.

Ligue des champions – Zidane : « Nous servir de cette pression »

L’entraîneur du Real Madrid Zinédine Zidane a salué la capacité de son équipe à se « nourrir de la pression » lors des grandes occasions, vendredi, à la veille de la finale de la Ligue des champions contre la Juventus Turin. Sergio Ramos était également présent durant cette conférence de presse.

Durant la conférence de presse d’avant-match de finale de Ligue des champions, l’entraîneur français Zinédine Zidane s’est longuement confié sur les clefs de la rencontre. On vous propose de retrouver les principales déclarations.

Le Real aime la pression

Zinédine Zidane : « Non, il n’y a pas de pression. Je crois que nous savons nous nourrir de cette pression, nous vivons avec cette pression constamment. Dans le football, il n’y pas de favori, surtout quand c’est une finale. Sur un match, il n’y pas de favori. Nous ne sommes pas les favoris, la Juventus non plus. C’est du 50-50. »

Le cas Bale

Zinédine Zidane : « Je ne vais pas vous dire qui va jouer demain. (…) Quand je regarde mon équipe, ce qui est bon, c’est qu’ils veulent tous jouer. Nous devons maintenant nous assurer que les joueurs sont aussi prêts physiquement. (…) Je crois que c’est la chose la plus dure pour moi (gérer les stars). Car six joueurs ne seront pas sur le terrain. Ils savent qu’ils peuvent apporter quelque chose à l’équipe. Mais pas demain, ils seront dans les tribunes. Ils savent cependant que nous sommes dans le même bateau. »

Un match ouvert?

Zinédine Zidane : « Je ne crois pas que le match sera fermé. Je pense que ce sera le contraire. Ce sera un match ouvert des deux côtés. Il y a le catenaccio en Italie, mais il n’y a pas que ça à la +Juve+ et je crois que ce sera un match ouvert, pour le bonheur de tous. (…) La Juventus devrait faire attention à toute l’équipe du Real. Et c’est pareil pour nous. Le +Juve+ ne fait pas que défendre, ils attaquent aussi très bien. Ils ont peut-être leur meilleure équipe de tous les temps. »

Ronaldo superstar

Zinédine Zidane : « C’est une bonne personne car il s’inquiète pour les autres. Et professionnellement, comme tout le monde le sait, il en veut toujours plus. Même à l’entraînement, il veut toujours gagner et c’est ce qu’il apporte à l’équipe. C’est un leader né. Surtout sur le terrain. »

Qui est la plus grande vedette : « Ronaldo, parce qu’il marque des buts et c’est le plus important. »

Motivation

Zinédine Zidane : « Personne n’a besoin de motivation. En début de saison oui, mais en fin de saison, personne n’a besoin de motivation nous n’allons rien changer nous allons réparer le match tranquillement. (…) Nous avons eu cette opportunité de gagner cette Ligue des champions, nous sommes très fiers, nous apprécions chaque minutes et nous sommes très conscients de l’opportunité historique. (…) Si vous m’aviez dit que je vivrais ça quand j’étais gamin, je ne vous aurais pas cru. Mais je le vis et j’aime ça. Nous savons que nous vivons quelques chose de fantastique, de spécial. C’est super d’atteindre à nouveau cette finale. »

Historique

Sergio Ramos, défenseur et capitaine du Real Madrid : « Je crois que demain nous avons rendez-vous avec l’histoire et nous-mêmes. Nous devons faire comme si c’était notre premier trophée. (…) Nous avons un adversaire très fort. C’est une opportunité de montrer quelle équipe nous sommes. Nous sommes solides et réguliers. Nous avons l’opportunité de montrer (que nous sommes les meilleurs). »

Favoris ?

Sergio Ramos : « Je crois que chaque équipe part de zéro. Je ne crois pas que gagner la Liga joue en notre faveur. Nous sommes satisfaits de l’avoir gagnée car cela a récompensé tout notre travail. Mais demain ce sera du 50-50, ce sera très dur. »

Présent

Sergio Ramos : « Nous sommes l’équipe qui a joué le plus de finales, mais nous ne vivons pas dans le passé. Nous continuons à faire tout ce qui est possible pour gagner. (…) Au Real, on se bat jusqu’à la fin. Même quand il n’y a plus d’espoir, nous nous battons, jusqu’au coup de sifflet final. J’espère que nous ne souffrirons pas autant qu’à Lisbonne (Il avait alors égalisé dans le temps additionnel contre l’Atletico, puis le Real s’était imposé en prolongation en 2014, NDLR). »

Les commentaires sont fermés.