Modern technology gives us many things.

Ligue des champions : le triplé pour le Real

Malmenés par la Juve en quart de finale, largement dominés par le Bayern en demie, bien empâtés par Liverpool en finale ce soir… mais toujours gagnants à la fin: le Real était encore plus cynique ce soir qu’il ne l’avait été durant le reste de la compétition. Bien aidés par Karius, auteur de deux grosses erreurs, et par un Gareth Bale retrouvé, les Madrilènes effacent un Liverpool pourtant conquérant, en finale de Ligue des Champions (3-1). C’est donc déjà le treizième titre du Real en C1 et le troisième d’affilée pour Zinedine Zidane qui assoit un peu plus sa place dans la légende de la Casa Blanca.

Le match

Un scénario invraisemblable
Salah et Carvajal out avant la pause, Karius qui commet la boulette de l’année, Gareth Bale qui inscrit un but aussi beau ou presque que celui de Ronaldo en en quarts… On aura vécu une finale de Ligue des Champions spectaculaire et palpitante ce soir.

Et c’est à l’audace et à l’envie des Reds qu’on le doit en premier lieu. Avant la sortie de leur serial buteur, les hommes de Jurgen Klopp avaient littéralement étouffé le Real pendant une demi-heure. Le changement a quelque peu déboussolé Liverpool et le Real n’est jamais aussi fort que dans ces cas-là.

Mais les Madrilènes ont aussi été aidés par Loris Karius, auteur d’une erreur invraisemblable sur le but d’ouverture et d’une autre boulette sur le troisième but. L’égalisation de Mané avait remis Liverpool dans le jeu. Mais moins de deux minutes après sa montée au jeu, Gareth Bale prouvait à tout le monde qu’il n’avait rien perdu de son talent. Malgré les blessures et la saison compliquée qu’il a vécue, le Gallois a répondu présent au meilleur des moments.

A l’image de sa campagne 2017-2018, le Real Madrid n’a pas marché sur Liverpool ce soir, mais les Merengue ont exploité à merveille leurs occasions pour porter les coups de grâce. Le Real est loin d’être un champion incontestable, mais il soulève malgré tout sa… treizième Coupe aux grandes oreilles ce soir.

Le moment marquant

La sortie de Mo Salah
Un contact avec l’inévitable Sergio Ramos et tout fout le camp. Enorme coup de bambou sur les Reds à la demi-heure de jeu avec la sortie, en larmes, de Mohamed Salah. Une sortie qui a désarçonné les joueurs de Jurgen Klopp, après une excellente première demi-heure. Auteur d’une saison magistrale, le Pharaon ne méritait certainement pas ça. Reste à espérer qu’il ne soit pas trop touché, parce que si, en plus de la finale de la Ligue des Champions, Salah devait manquer le Mondial, ce serait terrible. Pour lui et pour l’Egypte. Sergio Ramos lui, ne s’est pas fait des copains…

L’homme du match

Gareth Bale
Zinedine Zidane a plus d’une corde à son arc. Il avait décidé de laisser son Gallois sur le banc, il a attendu la dernière demi-heure pour le lancer. Et Gareth Bale avait faim, très faim. Il voulait prouver à tout le monde qu’il était bel et bien de retour au plus haut niveau. Son but de classe mondiale est là pour en témoigner. Car s’il a été bien aidé par le gardien adverse sur son deuxième but, il ne doit rien à personne sur cette magnifique bicyclette. Cristiano Ronaldo a certainement apprécié le geste.

La stat

8
La malédiction des finales se poursuit pour Jurgen Klopp. Toutes compétitions confondues, l’Allemand vient de perdre la huitième finale de sa carrière d’entraîneur, pour trois finales remportées. Battu deux fois au stade ultime en Ligue des Champions, Klopp devra donc attendre encore pour enfin soulever la Coupe aux grandes oreilles.

La décla

C’était génial de jouer pour le Real.

Cristiano Ronaldo laisse planer le doute sur la suite de son aventure avec le Real

La question

Mignolet doit-il avoir des regrets?
Quand un gardien commet des erreurs qui coûtent cher, on a souvent tendance à se trouner vers son remplaçant. Et quand en plus, le suppléant est belge, c’est encore plus tentant. Jurgen Klopp a longtemps hésité entre ses deux gardiens, mais en début d’année 2018, il a pris la décision de faire confiaance à Loris Karius, même si le gardien allemand, comme c’est d’ailleurs arrivé à Mignolet aussi, n’a jamais fait l’unanimité.

Une erreur? C’est évidemment facile de parler après coup. En tout cas, Klopp ne se débinera pas, il assumera sa responsabilité. Mais cette double boulette, en finale de Ligue des Champions, risque de poursuivre Loris Karius pendant longtemps.

 

7sur7.be

Les commentaires sont fermés.