Modern technology gives us many things.

L’Espagne tombe dans le piège de la Russie et prend déjà la porte !

Le debrief

L’Allemagne n’est plus seule. Après la Mannschaft, éliminée dès le premier tour, un autre grand favori de la Coupe du Monde a pris la porte ce dimanche avec l’Espagne. La Roja n’a pas réussi contrer le plan ultra-défensif de la Russie et a payé son impuissance à faire des différences en s’inclinant lors de la séance des tirs au but (1-1, 3-4 TAB). Un dénouement impensable quand les hommes de Fernando Hierro avaient pris les devants au score dès l’entame du match et géraient tranquillement, avec une large possession pour neutraliser toutes les possibilités de contres pour les Russes, sans pour autant chercher à mettre le but du break. Une attitude qu’ils regretteront sûrement. Un fait de jeu a relancé la Sbornaïa, récompensé ainsi de son seul temps fort de la rencontre, qui aura duré à peine cinq minutes.

Une main grotesque de Gerard Piqué, un penalty transformé par le généreux Artem Dzyuba et la troupe de Stanislav Cherchesov revenait comme par miracle à égalité à la pause. C’est alors qu’un jeu à attaque-défense s’est instauré pendant 75 minutes et même plus, avec les différents temps additionnels. L’Espagne a atteint des statistiques quasi inédites à ce stade de la compétition : 74% de passes réussies, 1137 passes contre 285 pour la Russie, 25 tirs à 6. Mais pour combien de décalages trouvés, combien d’occasions franches obtenues ? La Roja a ronronné, tant elle s’est trouvé dans l’incapacité à placer une accélération, soit par une course balle au pied, soit par une transmission tranchante. Elle a joué au handball face à une formation russe qui s’est contenté de défendre dans son 5-4-1 hermétique, quitte à renvoyer le ballon directement à l’adversaire d’un long dégagement s’il n’y avait de possibilité évidente de tenter une attaque rapide.

Et encore, cette règle n’était pas toujours respectée, les Russes prenant un minimum absolu de risques dans leurs offensives. Au courage, parce que de nombreux joueurs ont dû composer avec des crampes à partir de l’heure de jeu, et sans ne jamais rien lâcher, avec aussi un Igor Akinfeev brillant dans son but sur les rares opportunités espagnoles, la Sbornaïa a tenu bon. Elle a attendu que le chronomètre défile dans l’espoir d’atteindre les tirs au but et d’y jouer sa carte à fond. C’est là qu’elle a tiré le bon numéro dans cette loterie qui n’en est pas une, parce qu’elle est aussi le rendez-vous des braves. La bravoure, elle était russe ce dimanche, d’un bout à l’autre du match. Le talent, lui, était certainement espagnol. Mais à ce niveau-là, il ne suffit pas, il ne suffit plus, il faut aussi les idées pour lui permettre de s’exprimer. Ça, la Roja en manquait et elle l’a payé au prix fort. Le prix d’un billet retour au pays deux semaines plus tôt que prévu.

Les commentaires sont fermés.