Modern technology gives us many things.

Les finales de l’entraîneur Deschamps

0

Didier Deschamps, qui a tout remporté ou presque comme joueur, attend toujours son premier grand succès international en tant qu’entraîneur, après deux échecs en finale, en Ligue des champions 2004 avec Monaco et à l’Euro 2016 avec les Bleus.

L’épopée de Monaco

En 2004, Didier Deschamps réalise un exploit aux commandes de Monaco trois ans après ses débuts en tant qu’entraîneur : il hisse le club princier en finale de la Ligue des champions en éliminant le Real Madrid en quart et Chelsea en demie.

En finale, les Monégasques croisent le fer avec le Porto de José Mourinho à Gelsenkirchen, en Allemagne. Les Portugais s’appuient sur une superbe génération, celle des Deco, Maniche ou Ricardo Carvalho et dominent logiquement la rencontre 3-0 grâce à des buts de Carlos Alberto Gomes (39e), l’homme du match Deco (71e) et Dmitri Alenichev (75e).

Cette sèche défaite est douloureuse après pareille aventure mais emmener Monaco jusqu’à cette finale est déjà une réussite en soi.

Quatre Coupes de la Ligue

Certes, la Coupe de la Ligue est l’un des plus petits trophées du foot français mais Deschamps en possède une sacrée collection. Il la décroche une première fois à la tête de Monaco en 2003, contre Sochaux, avec un doublé de Ludovic Giuly (4-1). Puis, trois fois d’affilée avec Marseille en 2010, 2011 et 2012. Celle de 2010, la première de l’histoire du club, est la plus marquante, puisqu’elle ajoute une nouvelle ligne au palmarès de l’OM, après 17 ans sans le moindre trophée notable. Lors de cette finale 2010, les Marseillais s’imposent 3-1 contre Bordeaux avec des buts de Souleymane Diawara (61e), Mathieu Valbuena (67e) et Matthieu Chalmé (77e) contre son camp. Dans la foulée, Deschamps remporte le championnat de France. Déjà capitaine de ‘l’OM’ 93 lors de la victoire historique en Ligue des champions, DD l’entraîneur est fêté en héros.

La désillusion de l’Euro

Pour cet Euro 2016 à domicile, l’équipe de France s’offre un superbe parcours, à l’image de cette victoire contre les champions du monde allemands 2-0, en demi-finale, grâce à un doublé d’Antoine Griezmann. Avant la finale contre le Portugal, “Grizi” a marqué un total de six buts dans le tournoi et terminera meilleur joueur et meilleur buteur. Sauf que la France s’incline contre la ‘Selecçao’, en dépit d’un scénario favorable après la sortie sur blessure de Cristiano Ronaldo dès la 25e minute. Les ‘Bleus’ n’y arrivent pas et le tir d’André-Pierre Gignac, dans les arrêts de jeu, est repoussé par le poteau. Eder punit les Français avec un but en prolongation. “Cette déception, elle est énorme mais il ne faut pas oublier le parcours et le soutien et l’engouement des Français. C’est dur aussi pour nos supporters, on aurait aimé leur offrir ce titre”, réagit Deschamps. Deux ans plus tard, à 49 ans, le technicien s’apprête à diriger l’équipe de France dans une finale de Coupe du monde, dimanche contre la Croatie. C’est son 83e match sur le banc des ‘Bleus’ et de très loin le plus important.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.