Modern technology gives us many things.

Les cinq piliers de la forteresse brésilienne

0

C’est un débat qui accompagne le football brésilien quasiment depuis la cruelle défaite subie contre l’Italie en 1982. Faut-il pratiquer un jeu séduisant ou bien se contenter du résultat ? Et si les deux étaient compatibles ? Si vous ne suivez pas de près l’équipe de Tite, il suffit de jeter un coup d’œil à ses résultats pour comprendre qu’elle préfère le fond à la forme. En 25 matches disputés sous la houlette de l’actuel sélectionneur, elle n’a encaissé que six buts. L’un d’eux l’a été pour son entrée en lice, contre la Suisse, sur l’une des cinq frappes que ses adversaires ont cadrées depuis le début de la compétition. Vous avez bien lu : en quatre matches, seuls cinq ballons auraient pu mettre en difficultés le gardien Alisson.  Mais on ne peut pas s’arrêter à cette statistique. Car si cette Seleção défend très bien, elle sait aussi aller de l’avant et conserver le ballon, ce qui correspond à cet équilibre tant recherché par l’entraîneur. “Notre défense commence avec nos attaquants. On essaie d’apporter notre aide dans ce domaine. Le football devient de plus en plus compliqué et compétitif, comme on peut le voir lors de cette Coupe du Monde, et nous devons nous aussi jouer notre rôle”, explique Willian. “Mais on essaie aussi de proposer du beau football”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.