Modern technology gives us many things.

Griezmann doit séparer le Bleu du Ciel

Il ne sort jamais sans son maté, parle un espagnol parfait, et le parrain de sa fille n’est autre que le défenseur central de l’Uruguay. Un joueur de la Céleste ? Non : Antoine Griezmann. Nous avons discuté l’attaquant des Bleus du prochain adversaire en quart de finale. Un choc sportif autant qu’émotionnel, pour celui qui le confie sans détour : “L’Uruguay, c’est mon second pays.”

Quelques heures après s’être lui-même qualifié pour le grand huit contre l’Argentine (4-3), le buteur français est encore bouleversé de la victoire des Charruas sur le Portugal : “Je suis très ému qu’ils se soient qualifiés, c’est une nation et un peuple que j’adore”, nous explique-t-il. “J’y ai beaucoup d’amis, ce sera un match génial à jouer et un moment très fort émotionnellement”, se délecte d’avance celui qui considère lui-même “avoir un style de jeu uruguayen, un peu à la Cavani.”

Sa belle romance avec ce petit pays de trois millions d’habitants commence à la Real Sociedad. Son entraîneur d’alors, Martin Lasarte, le lance dans le grand bain et son coéquipier uruguayen Carlos Bueno le prend sous son aile. L’ancien du Paris Saint-Germain l’initie au maté – le thé traditionnel, sans lequel Grizou ne fait plus aucun déplacement -, et le fait tomber amoureux de son ancien club, le Club Atlético Peñarol. Le natif de Mâcon n’en manque aucun match et connait tous les chants des socios.

 

Les commentaires sont fermés.