Modern technology gives us many things.

France – Belgique : ces Diables rouges qui doivent tant à la France

0

Six joueurs de l’équipe de Belgique, adversaire de la France en demi-finale de la Coupe du monde 2018 ont joué, ou jouent, de l’autre côté de la frontière sur les pelouses de Ligue 1. Eden Hazard, son frère Thorgan, Thomas Meunier, Yannick Carrasco, Youri Tielemans et Michy Batshuayi ont chacun laissé sun souvenir de la Belgique de la France.

Le match France – Belgique de mardi n’est pas seulement une demi-finale de la Coupe du monde 2018, ce sera aussi un derby entre Bleus et Diables rouges. Et parmi ces derniers, plusieurs joueurs ont acquis leurs lettres de noblesse de l’autre côté de la frontière et sur les pelouses de Ligue 1. Eden Hazard, son frère Thorgan, ou encore Thomas Meunier ou Youri Tielemans: ils sont six « Diables Rouges » de l’effectif belge, futurs adversaires des Bleus en demi-finale, à être passés ou à jouer encore dans le championnat français.

Eden Hazard, le joyau du Nord

« Lors du premier rendez-vous avec ses parents, j’ai été impressionné par sa maturité et sa capacité à imaginer ce que pourrait être son avenir. Ce qui lui est arrivé par la suite, il me l’a quasiment raconté en arrivant », expliquait à l’AFP en juin 2016 Jean-Michel Vandamme, qui était directeur du centre de formation du Losc quand un certain Eden Hazard est arrivé à Lille à 14 ans.

 

« Je lui ai demandé comment il voyait l’avenir et il m’a répondu qu’il voulait d’abord donner du bonheur aux supporters, proposer du spectacle et des gestes techniques, poursuivait, amusé, M. Vandamme. Puis il a dit vouloir gagner un titre avec le Losc avant de partir à l’étranger. A l’époque, il avait dit qu’il aimerait jouer en Espagne ou en Angleterre ». Ce sera finalement Chelsea, après un doublé Coupe de France-Championnat en 2011 avec le Losc. Son cadet Thorgan, également au Mondial, est lui passé par le club voisin du RC Lens en 2011-2012.

++ Les Bleus conscients des dangers belges

Thomas Meunier, le bon client qui divise

Thomas Meunier, évolue depuis 2016 au Paris SG. C’est un bon client pour les médias. En novembre 2017, interrogé par l’AFP en vue du Mondial, il confiait: « Il y a vraiment une super ambiance (dans le groupe belge). Je pense qu’on peut viser au moins les quarts de finale. Après, les demies ou la finale c’est autre chose. Il y a des grandes équipes. Le Brésil, ils sont vraiment très costauds. La France a une belle équipe aussi. Je verrais bien une finale Brésil-France ».

Sauf que la Belgique a éliminé le Brésil en quarts (2-1) et croisera la France en demie. Un match qu’il ne jouera pas, suspendu. Le joueur était adulé au PSG jusqu’à ce qu’en fin de saison il « like » sur Twitter une photo des tifos déployés en tribune du stade Vélodrome de Marseille, club rival des Parisiens.

Des supporters du Collectif ultras Paris (CUP) l’avaient alors sifflé et les réseaux sociaux lui étaient alors devenus très hostiles. « Que les choses soient bien claires, je ne dois rien à personne. Je ne dois rendre des comptes à personne, ni aux gosses de 12 ans qui me disent +Casse-toi du PSG+, ni aux pseudo-supporters sur Twitter », avait-il regretté. Les choses sont rentrées dans l’ordre après une entrevue avec les Ultras.

Carrasco – Tielemans et le projet Monaco

Yannick Ferreira-Carrasco et Youri Tielemans peuvent parler ensemble de Monaco, où le premier est passé en post-formation (2010-12) puis en pro (2012 à 2015) et où le second évolue actuellement (depuis 2017). Ils sont les symboles de la politique monégasque: valoriser des pépites et en attirer d’autres.

Ainsi, en janvier 2017, le jeune Belge Francesco Antonucci, 17 ans, a signé un contrat de trois ans en provenance de l’Ajax Amsterdam pour 2,5 millions d’euros. « Le projet monégasque » ainsi que le « parcours de Yannick Ferreira-Carrasco », formé au club avant de poursuivre à l’Atlético Madrid (puis de s’exiler en Chine), ont été les deux critères du joueur pour rejoindre la Principauté.

 

Michy Batshuayi, la belle histoire belge de l’OM

C’était le nouveau Belge préféré à Marseille, après Raymond Goethals ou Éric Gerets. Le natif de Bruxelles y a joué de 2014 à 2016. Les fans marseillais comptaient beaucoup sur sa jeunesse et sa fougue pour remplacer André-Pierre Gignac, parti au Mexique.

Michy Batshuayi avait laissé un excellent souvenir à l’OM. | AFP

Mais Vincent Labrune, alors président de l’OM, répétant qu’il n’avait plus les moyens, l’a vendu pour équilibrer les comptes, et la perle est partie à Chelsea pour 40 millions d’euros. Aujourd’hui, il est prêté à Dortmund par le club londonien, mais les supporters marseillais en veulent toujours à l’ancien dirigeant de l’OM.

 

 

Ouest-france

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.