Modern technology gives us many things.

Finale de la zone 2A de l’Odcav de Mbour : le parrain joint l’utile à l’agréable

La Finale de la zone 2A de l’Odecav de Mbour a eu lieue samedi passé au stade Caroline Faye. Cette rencontre qui opposait Diamono à Jokko a eu comme parrain Papa Hamady Ndao. Selon lui, ce choix porté sur sa personne est du au fait qu’il est un pur produit du mouvement sportif sénégalais. Mais aussi par le fait qu’il est le  responsable des jeunes du mouvement « Euleuk Sénégal ».

Ce dernier a dit toute sa satisfaction d’être parmi les jeunes de Mbour qui fêtent la fin des vacances puisque, dit-til, «  le navetane était érigé à l’époque pour occuper les jeunes sénégalais en pratiquant le sport noble qui est le foot et aussi avec des activités culturelles sportives, éducatives dans cette période qui était une période de farniente. Aujourd’hui, cette approche a évolué, le navétane comporte une dimension même économique puisque nous avons des projets que les jeunes mènent dans leurs quartiers, dans leur terroir et c’est une approche communautaire qui permet à l’Etat de pouvoir décentraliser et de pourvoir fixer la base et de pouvoir atteindre les cibles dans sa lutte contre la pauvreté », a-t-il indiqué . « Je suis satisfait d’avoir vécu un bon après midi de football et je pense que c’est le meilleur qui a gagné et le vaincu n’a pas démérité », a-t-il ajouté

Lors de cette finale, des produits artisanaux ont été distribués aux équipes. «Nous avons, pour la première fois de l’histoire du football sénégalais et de l’histoire du navetane, introduit dans le stade des produits artisanaux », a indiqué M. Ndao. Pour justifier ce choix, il précisera : « naturellement, je suis  le directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat, je me dois, partout où je vais, d’avoir dans mes bagages les produits artisanaux. De faire la promotion  de l’artisanat sénégalais que j’ai la mission de porter », fait-il savoir. « J’ai demandé au président de la zone de changer les produits qu’il achetait qui venaient de certains pays, qu’il remettait comme cadeaux et de promouvoir les produits artisanaux, de promouvoir notre artisanat », a-t-il expliqué. « Et en le faisant, ils sont en train de contribuer à la création de ressources dans ce secteur et à la fixation de ces artisans dans leur métier, donc, dans leur pays ; je pense que ce sont des produits qui sont utiles et dont le produit de la vente reste chez nous », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.