Diego Costa
LONDON, ENGLAND - FEBRUARY 04: Antonio Conte, manager of Chelsea shakes hands with Diego Costa of Chelsea after the Premier League match between Chelsea and Arsenal at Stamford Bridge on February 4, 2017 in London, England. (Photo by Clive Rose/Getty Images)

Alors qu’Antonio Conte lui a clairement fait comprendre qu’il n’entrait plus dans ses plans au début du mercato, Diego Costa a décidé d’attaquer le club de Chelsea en justice.

Entre Diego Costa et Chelsea, rien ne va plus. Écarté de l’équipe à la suite d’un message qu’il a directement reçu d’Antonio Conte en juin dernier, l’international espagnol sait pertinemment que son aventure avec les Blues est sur le point de prendre fin. Un divorce inévitable qui n’est pas parti pour se régler à l’amiable.

En effet, malgré ses nombreux appels du pied fait à sa direction dans le but de faciliter son départ de l’écurie londonienne – l’ancien de l’Atlético de Madrid a depuis même fait savoir qu’il serait ravi d’effectuer son grand retour aux côtés des Colchoneros – les choses n’ont pour ainsi dire pas évolué.

Menaces, puis action

« Nous allons actionner tous les mécanismes légaux pour responsabiliser Chelsea vis-à-vis de son comportement. Nous allons demander formellement un transfer request. Ces comportements discriminatoires rendent impossible le retour de Diego Costa à Chelsea tant qu’Antonio Conte en sera l’entraîneur.

Il n’existe aucune condition pour qu’il puisse continuer à être un joueur de Chelsea, chose qui a déjà été communiquée aux dirigeants. À ce jour, il ne veut pas jouer dans un autre club que l’Atlético de Madrid, club où il a connu un grand succès sportif, mais où il a surtout été respecté par tous, et ce, même quand il a été transféré à Chelsea ».

Au début du mois, ses représentant avaient alors haussé le ton en demandant aux dirigeants des Blues de prendre rapidement en compte les intérêts du buteur ibérique. En vain.

Et selon le site ESPN FC, les menaces ont été mis à exécution. Le clan Diego Costa a fini par engager une procédure légale contre la formation anglaise. Ricardo Cardoso, son avocat, souhaite que le dossier se boucle au plus vite. Un départ qui se fera donc devant les tribunaux.

90min

PARTAGER