Modern technology gives us many things.

DIDIER DESCHAMPS : « que je sois souvent au bon endroit au bon moment, c’est probable »

0

Didier Deschamps a dit tout le bien qu’il pensait de la Belgique et de sa génération talentueuse, ce lundi en conférence de presse, à la veille de la demi-finale de Coupe du Monde entre les Bleus et les Diables Rouges (20h00).

Didier Deschamps, vous pourriez entrer dans le cercle très fermé des champions du monde comme joueur et entraîneur avec Mario Zagallo et Franz Beckenbauer. Cela vous touche-t-il ?

Pour le moment, je fais partie d’un cercle beaucoup plus large : ceux qui sont présents pour une demi-finale. Pour le reste, j’espère que vous me reposerez la question après le match.

Les joueurs français et belges se connaissent très bien. Cela change-t-il quelque chose dans la préparation ?

Les joueurs se connaissent. C’est un avantage des deux côtés. Ils s’apprécient, mais le temps du match, chacun fera en sorte de pouvoir prendre l’opportunité qui est devant lui d’accéder à la finale de la Coupe du Monde.

Quel regard portez-vous sur Roberto Martinez, le sélectionneur de la Belgique ?

J’ai beaucoup de respect pour lui. Il ne faut pas croire que la Belgique vient d’avoir une bonne équipe. Ils étaient déjà là à l’Euro 2016 et avaient juste eu un coup de froid contre le pays de Galles (3-1). Il a profité du travail de Marc Wilmots, sans lui faire offense, et il a amené sa touche qui est un peu différente. Son potentiel joueurs est très important, et je le félicite d’être là en demi-finale, même s’il sera en face de nous.

DESCHAMPS : « la Belgique n’est pas arrivée là comme ça »

Avec la suspension de Thomas Meunier, il y a des incertitudes sur le onze belge, alors que pour la France, on semble connaître l’équipe. Cela est-il embêtant ?

Cela arrive souvent. Ce que je peux vous dire, c’est que mon équipe sera prête à différents cas de figure. Il faudra remplacer Meunier, poste pour poste ou différemment. Mais la Belgique n’est pas arrivée là comme ça, elle a fait un grand match contre le Brésil (2-1) en prenant des dispositions spécifiques. En prendront-ils face à nous ? C’est probable. C’est une équipe portée vers l’avant, mais contre le Brésil, Roberto Martinez a densifié son milieu en bloquant l’axe et en faisant des doublettes sur les côtés. Ils sont très performants dans la transition défensive, dans les attaques rapides. J’ai fait en sorte de préparer mes joueurs à plusieurs cas de figure, à différentes compositions et différentes organisations.

Quel rôle aura N’Golo Kanté ?

Il aura un rôle important, comme à chaque match, avec certaines modifications pour qu’il soit le plus efficace. NG est un pion essentiel de par son activité et le nombre de ballons qu’il récupère. Il faut aussi souligner son positionnement, il coupe beaucoup de trajectoires sur des passes offensives. Contre l’Argentine (4-3), il avait un rôle très précis qu’il a très bien rempli face à Lionel Messi, et c’est en grande partie pour cela qu’on l’a peu vu.

Samuel Umtiti a souffert physiquement contre l’Uruguay (0-2), comment préparez-vous le gros défi qui l’attend avec Romelu Lukaku ?

Il n’a pas eu de problème particulier, si ce n’est un coup qu’il a reçu. Comme tous les joueurs, ils peuvent avoir un petit souci qui remonte à la saison en club. Le haut niveau, c’est de l’engagement physique, on en a eu à tous les matchs et on en aura encore demain (mardi), d’autant plus que la Belgique a un potentiel athlétique assez impressionnant. Les duels, quand on les gagne, c’est mieux.

DESCHAMPS : « l’euro ? Ceux qui y étaient l’ont digéré »

Deux ans après, quelles différences faites-vous entre l’équipe de l’Euro et celle de cette Coupe du Monde ?

Le potentiel est là, la qualité individuelle aussi. Cette équipe est plus jeune et a moins de vécu. Je l’ai dit au début de la compétition, l’équipe est compétitive. Mais elle le sera encore plus dans deux ou quatre ans. Car à part quelque trentenaires, il y a une grosse génération autour de 20 ans, ou autour de 25 ans, qui a une marge de progression importante. Le début de compétition, malgré les résultats, a été laborieux. La montée en puissance a été nécessaire de par la qualité de nos adversaires en 8eme et en quart, mais tous ceux qui sont là prennent un vécu qui leur servira dans les années à venir.

Avez-vous tiré des leçons de la défaite en finale contre le Portugal pour prendre votre revanche ?

Il n’y a pas de revanche en football, je n’aime pas ce terme-là. Chaque match a ses particularités. Ceux qui y étaient l’ont digéré, mais ça fait toujours mal de passer à côté de quelque chose d’extraordinaire. Là, on est en demi-finale, il y a une opportunité de jouer une finale de Coupe du Monde. Faisons-en sorte de prendre cette opportunité en se servant du vécu. Mais le Portugal n’est pas la Belgique.

Que vous inspire cette image populaire su votre prétendue chance ? Cela vous agace-t-il ?

Que je sois souvent au bon endroit au bon moment, c’est probable et je ne m’en plains pas. Je sais, et j’associe l’ensemble de mon staff, tout le travail qui est fait. Je fais tout pour que ça se passe du mieux possible, ça n’a pas d’emprise sur moi. Je ne suis pas du tout attaché à mon image. Je vis la compétition différemment que quand j’étais joueur car je suis là pour eux. Le match appartient aux joueurs. C’est une fonction différente, le plaisir est là, l’excitation est là, mais tout est différent.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.