Modern technology gives us many things.

Didier Deschamps : « il faudra plus que de la patience »

0

Didier Deschamps a dressé la liste des qualités de l’Uruguay, ce jeudi en conférence de presse, à la veille du quart de finale de Coupe du Monde qui attend l’équipe de France (16h00)D

Didier Deschamps, contre l’Uruguay vendredi (16h00), l’équipe de France devra être patiente. Comment imaginez-vous ce match ?
Oui, le profil de cette équipe uruguayenne est différent de celui de l’Argentine. Il faudra de la patience, mais pas que cela, car l’Uruguay est très bien organisé défensivement. Offensivement, ils sont aussi très performants dans les phases de transition avec une verticalisation du jeu. Un joueur comme (Rodrigo) Bentancur accélère très bien leur jeu, et leurs deux attaquants sont redoutables. La patience sera importante, mais il faudra plus que ça. L’idéal serait qu’on soit bons dans les phases offensives et défensives. C’est aussi un adversaire très performant sur coup de pied arrêté. Il faudra beaucoup de choses.

L’absence d’Edinson Cavani pourrait-elle modifier votre préparation ?
Je prépare mon équipe dans le cas de figure où Cavani joue. On ne le saura que demain (vendredi) juste avant le match. S’il n’est pas là, Oscar Tabarez a d’autres options, avec Christian Stuani notamment  ou encore Christian Rodriguez, dont le profil est différent. Je prépare mon équipe avec ces différentes options. Cavani, comme il joue en France, on le connait très bien. C’est un joueur de grande qualité, mais s’il n’est pas là, ça ne changera pas le visage de l’Uruguay.

Quel regard portez-vous sur Oscar Tabarez ?
J’ai un profond respect pour lui. Il est à la tête de l’Uruguay depuis douze ans et fait un travail remarquable. Il a atteint les demi-finales de la Coupe du Monde en 2010, il est toujours là et je le répète : ce n’est pas de l’admiration, mais j’ai beaucoup, beaucoup de respect pour ce qu’il a fait et ce qu‘il continue de faire.

Deschamps : « ils défendent tous »

S’il fallait ressortir un point fort chez cette équipe uruguayenne, lequel serait-ce ?
C’est dur de ressortir une chose. Ils ont plusieurs points forts : ils savent très bien défendre et tous ensemble. S’il faut dix joueurs dans les trente derniers mètres, ils le feront. Ils ont ça dans les gènes. Mais ils ne se contentent pas de ça. Ils ont un jeu très vertical, et  jusqu’à maintenant, la relation entre Suarez et Cavani est très bonne. Ils n’ont pas le même profil, mais se recherchent souvent avec des positions précises. Le repositionnement sur les derniers matchs de Betancourt , qui est le joueur qui accélère le jeu avec et sans ballon, a amené du liant entre la phase défensive et la phase offensive.

Comment expliquez-vous cette force défensive ?
C’est culturel. Ils ont ça dans les gènes. Il y a la qualité sud-américaine dans le geste défensif, à savoir l’agressivité, l’intelligence dans l’utilisation du corps, des bras, et puis il y a ce don de soi. Ils défendent tous. Quand toute l’équipe défend, l’espace est plus restreint. C’est d’ailleurs le constat qu’on peut faire sur cette Coupe du Monde. Toutes les équipes se sont bien préparées et ont des systèmes défensifs bien en place.

Deschamps : « Fekir ? C’est un profil très différent de Matuidi »

Blaise Matuidi sera suspendu pour ce quart de finale. Quels profils avez-vous pour le remplacer ?
J’ai d’autres joueurs, d’autres profils qui sont différents. Je ne réfléchis pas que par rapport au poste, mais aussi par rapport au système et à l’animation. Je dois faire en sorte que l’équipe continue d’être performante. Fékir ? Le profil est très différent de celui de Blaise Matuidi.  Nabil a des qualités de percussion, d’élimination, et est capable de marquer et de faire marquer. Mais il n’a pas la volume de Blaise, je ne vous apprends rien.

Pour Kylian Mbappé, le plus dur est-il le match d’après ?
Ce qu’il a fait contre l’Argentine, c’est très bien. Il a eu le temps de digérer. Dès mardi, il s’est remis dans le bain, comme le reste du groupe. C’est le haut niveau, il le sait, les Uruguayens savent de quoi il est capable et il faudra qu’il répète ce qu’il a fait lors du dernier match. Il faut éviter de se relâcher, penser que tout est facile, que la vie est belle et qu’il y a besoin de moins d’efforts. Mais Kylian est intelligent, il est à l’écoute et il sait tout ça. Il a changé de galaxie en passant de Monaco au PSG, où les exigences ne sont pas les mêmes. Et malgré tout ce qu’il fait de bien, il est encore dans l’apprentissage. C’est son âge qui veut ça.

Deschamps : « pourquoi devrais-je changer de gardien pour les tirs au but ? »

Allez-vous préparer spécifiquement les tirs au but et envisagez-vous de changer de gardien en prolongation ?
Les joueurs, individuellement, tirent certains penalties en fin de séance. Certains sont habitués à les tirer dans leur club. Mais à l’entraînement, c’est différent d’un stade plein après 120 minutes de match. On ne peut pas récréer la même situation. Certains peuvent ne pas se sentir, que ce soit physiquement ou psychologiquement, et dans ces cas-là, on en tient compte. Le gardien ? J’ai droit à quatre changements, mais de là à changer de gardien, c’est que vous devez estimer qu’Hugo Lloris ne sait pas arrêter un penalty. Pourquoi devrais-je changer ?

Une Coupe du Monde réussie passe-t-elle nécessairement par une qualification pour les demi-finales ?
Chacun aura sa propre interprétation. Les grands moments de joie qu’on a vécus sont des choses très fortes, mais demain, on doit remettre ça. On est en quart de finale, c’est le deuxième en quatre ans, et l’objectif est de se qualifier. Je ne veux pas penser à ça.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.