Modern technology gives us many things.

Belgique : Romelu Lukaku, le franc-tireur belge s’attaque au brésil

0

Quatre buts en trois matches de Coupe du monde : il semble loin le temps où Romelu Lukaku peinait à confirmer en sélection ce qu’il était capable de faire en club. À Everton notamment, entre 2013 et 2017, où il avait inscrit 68 buts en quatre saisons de Premier League. Aujourd’hui, il s’impose tout simplement comme l’un des meilleurs numéros 9 de la planète. Son style, atypique pour un colosse d’1,90m, semble idéal pour venir déranger en quart de finale de la Coupe du Monde vendredi (18h00) une défense brésilienne qui en impose depuis le début de la compétition. Pour mettre à ses pieds ce qui l’attend, Lukaku devra être aussi diabolique qu’il ne l’a été sur ses trois précédentes rencontres. Car en face se dresse une montagne. Enfin deux. Tiago Silva est redevenu « O Monstro », alors que Joao Miranda, à ses côtés, fait preuve d’une solidité insolente, donnant l’impression de ne jamais paniquer.

Puissant, rapide et finisseur

Le ton est donné pour l’attaquant de Manchester United, avec qui il a inscrit 16 buts en Premier League la saison passée. Doté d’un gabarit de colosse, cela ne l’empêche pas d’être redoutable sur des courses de 30 à 50 mètres. Ajouté à cela une puissance physique naturelle hors-norme, Lukaku semble avoir les capacités athlétiques et qualités techniques capables de poser de vrais problèmes à cette charnière qui parait imperméable. D’autant plus que le natif d’Anvers sait aussi se montrer altruiste comme l’a prouvé cette sublime feinte de corps ayant permis aux siens d’inscrire le troisième but salvateur contre le Japon (3-2). Dans sa métamorphose, Lukaku a pu compter sur une personne en particulier. Pour passer du buteur de club à celui de toute une nation, il lui fallait un sélectionneur capable de comprendre ses maux du passé, ses doutes actuels, mais aussi ses certitudes sur son avenir.

Roberto martinez, le père spirituel

Qui de mieux que celui qui l’a fait exploser du côté d’Everton ? En effet, c’est bien l’Espagnol Roberto Martinez, sélectionneur actuel des Diables Rouges, qui a fait venir le « gamin » Lukaku chez les Toffees. Après en avoir fait une terreur des surfaces là-bas, il en a fait le meilleur buteur de l’histoire de la Belgique avec 37 réalisations pour 71 sélections. Encore plus significatif : depuis son arrivée sur le banc belge, Lukaku a inscrit 23 buts en 22 apparitions… Rien que ça ! Martinez est bien conscient d’avoir en ses rangs une arme fatale, lui qui le connait si bien et qui sait parfaitement comment le mettre en confiance. Vendredi contre le Brésil, et face à une défense qui peut intimider n’importe quelle formation, les Diables Rouges pourront alors compter sur ces deux hommes en particulier. Lukaku, le franc-tireur d’élite du coach Martinez. Son père spirituel qui l’a toujours accompagné depuis qu’il est devenu l’un des meilleurs attaquants du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.