Modern technology gives us many things.

Honte mondiale, massacre, gifle historique… L’Albiceleste descendue en flammes

Privée de Lionel Messi, diminué, l’équipe nationale d’Argentine a été corrigée en Espagne (1-6), mardi en amical. Un résultat désastreux pour l’Albiceleste, qui a pu se rendre compte du gouffre qui la sépare de la Roja. La presse argentine n’a pas attendu longtemps pour descendre en flammes la formation dirigée par Jorge Sampaoli.

Il y a des défaites qui font plus mal que d’autres. Celle subie par l’équipe nationale d’Argentine en Espagne (1-6), mardi en amical, fait partie de celles qui laissent une trace pour de très longues années. Malgré un niveau de jeu intéressant en première période, l’Albiceleste, privée de Lionel Messi, diminué en raison d’une blessure aux adducteurs, s’est fait balayer par la Roja. Un revers amer qui a fait les choux gras de la presse locale ce mercredi matin. Une gifle historique En effet, Olé évoque une «claque historique» , appuyant sur le fait que cette équipe est très friable sans La Pulga. «C’est une terrible raclée sans Messi et une équipe fragile comme rarement. Prendre six buts n’est pas normal. La danse de l’Espagne a été terrible. Cette grosse défaite fait très mal à moins de trois mois du Mondial» , déplore le quotidien sportif.

Même son de cloche pour Clarin. «Catastrophe à Madrid» , évoque le média. «L’Espagne a écrasé la sélection avec une fessée historique» , rajoute-t-il. TyC Sports n’a d’ailleurs pas tardé à fouiller dans les archives en faisant l’inventaire des plus grosses déroutes subies par l’Argentine, rappelant l’humiliation à la maison contre la Colombie (0-5) en 1993 ou la sortie de route en Bolivie (1-6) en 2009. Sans Messi, l’Argentine est une équipe lambda De son côté, La Nacion va plus loin. «C’est un coup de poing au visage. La vérité a éclaté alors que l’Argentine prétend triompher en Russie dans trois mois. Sans Messi, la sélection argentine n’est pas de taille face aux grands. Vous pouvez vous battre, défendre, mettre la jambe, pousser. Mais c’est difficile de bien jouer contre les candidats au titre» , peut-on lire. La palme revient à Epoca, qui a titré sa Une «Honte mondiale» tandis qu’El Tribuno a choisi «Massacre à Madrid» pour qualifier cette raclée. Si l’Argentine, finaliste malheureuse de la dernière édition, veut faire mieux cette année, Sampaoli devra faire des miracles. Ou compter sur un Messi dans la forme de sa vie. C’est très loin d’être gagné vu le niveau de jeu de la Roja, de l’Allemagne ou encore du Brésil…

maxifoot

Les commentaires sont fermés.