Modern technology gives us many things.

A quelques jours du mondial, la politique Russe dénoncée par une lettre ouverte aux dirigeants des pays qualifiés

Une lettre ouverte, signée par des dizaines de célébrités mondiales de divers secteurs, met à profit le Mondial accueilli par la Russie, pour dénoncer les exactions de ce pays contre l’Ukraine notamment, plus globalement les droits de l’homme et la menace qu’elle constitue pour la stabilité de la planète.

La lettre est adressée aux chefs d’Etat, de gouvernements et souverains des pays qualifiés au Mondial qui démarre ce jeudi. Et fait office de très mauvaise publicité pour le pays de Vladimir Poutine.

Elle fait le tour du monde, en russe et en anglais. Nous publions ci-dessous et en intégralité la version française.

 

L’appel aux hommes politiques des pays qui devraient se rendre aux matchs de football de la Coupe du monde en Russie

Président de l’Argentine Mauricio Macri

Premier Ministre d’Australie Malcolm Turnbull

Roi des Belges Philippe, Premier Ministre de Belgique Charles Michel

Président de la République Fédérative du Brésil Michel Temer

Président de la République de Colombie Juan Manuel Santos

Président du Costa Rica Carlos Alvarado Quesada

Président de la République de Croatie Kolinda Grabar-Kitarović, Premier ministre Andrej Plenković

Reine du Danemark Margrethe II, Premier ministre Lars Løkke Rasmussen

Président de la République Arabe d’Égypte Abdel Fattah el-Sisi, Premier ministre Sherif Ismail

Président de la République Française Emmanuel Macron, Premier ministre Édouard Philippe

Chancelier Fédéral de la République Fédérale d’Allemagne Angela Merkel

Présidente de l’Islande Guðni Thorlacius Jóhannesson, Premier ministre Katrín Jakobsdóttir

Président de Iran Hassan Rouhani

Premier ministre du Japon Shinzō Abe

Premier ministre de la République de Corée Lee Nak-yeon

Président des États-Unis du Mexique Enrique Peña Nieto

Président du gouvernement du Royaume du Maroc Saadeddine Othmani

Président de la République Fédérale du Nigéria Muhammadu Buhari

Président de la République du Panama Juan Carlos Varela

Président de la République du Pérou Martín Vizcarra

Président de la République de Pologne Andrzej Duda, Premier ministre Mateusz Morawiecki

Président de la République Portugaise Marcelo Rebelo de Sousa, Premier ministre António Costa

Roi d’Arabie Saoudite, Conservateur des Deux Saintes Mosquées Salman bin Abdulaziz Al Saud

Président de la République du Sénégal Macky Sall, Premier ministre Mohammed Dionne

Président de la République de Serbie Aleksandar Vučić, Premier ministre Ana Brnabić

Roi d’Espagne Roi Felipe Vi, Premier ministre Mariano Rajoy

Roi de Suède Carl XVI Gustaf, Premier ministre Stefan Löfven

Président de la Confédération Suisse Alain Berset

Président de la République Tunisienne Béji Caïd Essebsi, Chef du gouvernement Youssef Chahed

Reine du Royaume-Uni Elizabeth II, le Premier ministre Theresa May

Président de la République Orientale de l’Uruguay Tabaré Vázquez

 

Vos Majestés, estimés représentants des citoyens de vos États !

Le principal événement de football de l’année, la Coupe du monde, se rapproche. Il se déroulera en Russie alors que ce pays occupe la péninsule ukrainienne de Crimée, en déclenchant une guerre dans l’est de l’Ukraine, en soutenant le dictateur brutal Assad et les crimes de guerre en Syrie, en restreignant les droits démocratiques de ses propres citoyens, en réprimant la population indigène de la Crimée occupée – les Tatars de Crimée, en interférant dans les élections des pays occidentaux et en déclenchant une campagne de désinformation contre eux.

Vos Excellences, la liste des crimes de la Russie peut être poursuivie, cependant, l’un d’eux se distingue. Le 14 mai, le cinéaste ukrainien emprisonné Oleg Sentsov, qui avait résisté à l’occupation de sa Crimée natale en 2014, a annoncé une grève de la faim sans fin. La seule condition pour y mettre fin est la « libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens détenus sur le territoire de la Fédération de Russie ». Il y a au moins 70 de ces prisonniers, et le nombre augmente chaque jour.

Oleg a été condamné à 20 ans dans une colonie pénitentiaire à la suite d’un procès falsifié. Les autres prisonniers politiques ont été condamnés de la même manière: sur la base des faux « aveux » obtenus sous la torture, des faux témoins, des munitions plantées. Ces dernières étaient la raison de l’arrestation et de la condamnation de Volodymyr Balukh, un fermier de Crimée qui avait rejeté l’occupation de la Crimée et avait continué à élever un drapeau ukrainien au-dessus de sa maison. Volodymyr Balukh mène une grève de la faim sans fin depuis le 19 mars, il y a plus de 60 jours, en équilibrant entre la vie et la mort. Oleksandr Kolchenko et Oleksandr Shumkov sont également en grève de la faim, en solidarité avec Sentsov. Le nombre d’arrestations et de peines augmente chaque jour. Le 4 juin, le journaliste ukrainien Roman Suschenko a été condamné à 12 ans d’emprisonnement en « régime sévère » en Russie sur des accusations d’espionnage sans fondement. Toutes ces tragédies passent inaperçues du monde.

La Russie a établi une véritable machine de répression en Crimée occupée. Des militants civiques parmi les Tatars de Crimée sont arrêtés en masse et accusés de terrorisme. L’Ukrainien Pavlo Hryb, 19 ans, également accusé de terrorisme, a été kidnappé par le FSB alors qu’il se rendait en Biélorussie. La liste des prisonniers politiques est longue et chaque nom représente un destin brisé et des enfants laissés à grandir sans parents (plus d’informations est ici: http://letmypeoplego.org.ua).

Excellences, tous ces Ukrainiens ont été victimes de la guerre non déclarée de la Russie contre l’Ukraine. Dans la Russie autoritaire, leur objectif est d’être diffusé à la télévision publique jouant lerôle d’« ennemis », « terroristes » et « extrémistes », en incitant la haine des Russes vers les Ukrainiens et les Tatars de Crimée, et en intensifiant le soutien à la politique agressive de Vladimir Poutine.

Oleg Sentsov a déclaré qu’il avait l’intention de faire la grève de la faim jusqu’à la fin fatale. C’est un scénario réaliste : il suffit à rappeler sa lettre de prison, où il a écrit sur les prisonniers politiques ukrainiens: « Si nous sommes destinés à devenir des clous dans le couvercle du cercueil du tyran, alors je voudrais être un tel clou. Sache juste que ce clou ne se pliera pas. » Et il a dit à son avocat : « Si je meurs avant la Coupe du monde ou pendant celle-ci, alors il y aura une résonance en faveur des autres prisonniers politiques. »

Une grève de la faim est la seule arme dont dispose le cinéaste emprisonné pour contrer l’horrible injustice contre 70 citoyens ukrainiens.

Vos Majestés ! Vous, les puissants de ce monde, avez une autre arme. L’un des rêves de Vladimir Poutine est d’utiliser la présence de dignitaires étrangers aux tribunes de la Coupe du Monde pour embellir son image de « leader fort » et comme support visuel de sa politique de répression et de guerre. Vous pouvez prendre le parti du cinéaste qui a été condamné pour avoir protesté contre l’occupation de sa Crimée natale en participant au boycott politique de la Coupe du Monde, en invitant les autres à suivre votre exemple et en demandant à la Russie de répondre aux exigences d’Oleg Sentsov et libérer tous les prisonniers politiques ukrainiens. L’histoire montre que les dirigeants des États autoritaires préfèrent mettre un masque de miséricorde avant les événements sportifs.

La lettre a été signée par de nombreux intellectuels, journalistes, écrivains, diplomates, politiciens, acteurs culturels, dont Timothy Snyder, Rebecca Harms, Marilouise Beck, Yuriy Androukhovych, Oksana Zabouzhko, Serhiy Zhadan, Edward Lucas, Mustafa Dzhemilev et Mustafa Nayyem, Michel Eltchaninoff et beaucoup d’autres.

La liste complète des signataires est ici :

Willem Aldershoff, ancien chef d’unité, Commission européenne, analyste affaires internationales, Bruxelles, Belgique

Alim Aliev, directeur de programme, Crimean House, Ukraine

Victoria Amelina, écrivain, Ukraine

Yuriy Androukhovych, écrivain, Ukraine

Ivan Andrusiak, écrivain, Ukraine

Anne Applebaum, journaliste, historien, Etats-Unis

Antoine Arjakovsky, historien, France

Larysa Artiugina, réalisateur, chef de projet ONG NewDonbas, Ukraine

Kateryna Babych, Projet No Borders, Comité de solidarité avec les otages de Crimée, Kyiv, Ukraine

Marieluise Beck, ancienne secrétaire d’Etat, Alliance ’90 / Les Verts (Allemagne)

Мark Bielorusets, traducteur, Ukraine

Andriy Bondar, écrivain, Ukraine

Kateryna Botanova, journaliste, curateur, Suisse / Ukraine

Stephen Blank, chercheur senior, Conseil de politique étrangère américain, Etats-Unis

Maksym Butkevych, défenseur des droits de l’homme (No Borders Project, Comité de solidarité), Ukraine

Artem Chapeye, écrivain, Ukraine

Simas Čelutka, chef du programme européen de sécurité, Institut de Vilnius pour l’analyse des politiques sis, Lituanie

Yevgen Chernykov, acteur, Ukraine

Jurriaan Cooiman, directeur de festival, Suisse

Halyna Coynash, Groupe de protection des droits humains de Kharkiv, Ukraine

Mustafa Dzhemilev, chef tatare de Crimée, prisonnier politique pendant l’URSS

Danilo Elia, journaliste, Rai – Radiotelevisione italiana, National Public Diffusion de l’Italie

Michel Eltchaninoff, philosophe, France

Andrew Fesiak, directeur international, Final Cut Media, Ukraine

Leonid Finberg, sociologue, chercheur culturel, directeur du Centre d’études sur l’histoire et la culture des Juifs d’Europe orientale, Ukraine

Gregory Frolov, directeur de Free Russie House, Kyiv, Ukraine

Svetlana Gannushkina, défenseur des droits de l’homme, Russie

Nina Garenetska, musicien, groupe Dakhabrakha, Ukraine Georg Genoux, Théâtre / réalisateur, Allemagne / Ukraine

Anastasiya Gernega, Présidente, NGO Touchpoint, Ukraine

Iryna Gorban, art-manager, Ukraine

Marko Halanevych, musicien, groupe Dakhabrakha, Ukraine

Rebecca Harms, députée européenne, Alliance ’90 / Les Verts (Verts)

Markéta Hejkalová, écrivain, République tchèque Ola Hnatiuk, université de Varsovie, membre du club PEN, Pologne

Yaroslav Hrytsak, historien, Ukraine

Jakub Janda, directeur, Think Tank européen des valeurs, Prague, République tchèque

Mikhail Kaluzhsky, dramaturge, journaliste, Allemagne / Israël

Andrey Khadanovich, littérateur, Biélorussie

Borys Khersonsky, écrivain, Ukraine

Valentyna Klymenko, journaliste, directrice des relations publiques au Musée national d’Ukraine, Ukraine

Oleksandra Koval, responsable de l’ONG Publishers ‘Forum, Ukraine

Maxym Kurochkin, dramaturge et scénariste, Ukraine

Askold Kurov, cinéaste et producteur, Russie

Myroslav Laïuk, écrivain, Ukraine

Philippe de Lara, professeur de science politique, France

Anastasia Levkova, écrivain, journaliste, Ukraine

Danylo Lubkivsky, vice-ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine (2014), conseiller diplomatique du Premier ministre d’Ukraine (2015-2016)

Edward Lucas, Londres, Royaume-Uni

Olesya Mamchych, écrivain, Ukraine

Myroslav Marynovych, ex-soviétique prisonnier politique, Ukraine

Juraj Mesik, analyste des risques globaux, Slovaquie

Diana Matsuzaki, journaliste, Hongrie

Marina Meseguer, journaliste, Espagne

Patryk Michalski, journaliste, Pologne

Vitalii Moroz, Internews Ukraine, Ukraine

Mustafa Nayyem, député ukrainien

Oleksandra Nazarova, psychologue, Ukraine

Andriy Nikitchyuk, Presse Euromaidan, Ukraine

Tetiana Okopna, traductrice, Ukraine

Oleksiy Panych, philosophe, Ukraine

Tetiana Pechonchyk, Centre d’information sur les droits de l’homme, Ukraine

Kateryna Petrovska, écrivain, Ukraine, Allemagne

Nataliia Popovych, Co-fondatrice, Ukraine Crisis Media Center

Anzhela Prazdnichnykh, médecin, Belgique

Antje Rempe, Allemagne, président de l’association pour le partenariat entre les deux villes Myles de Kharkiv et Nuremberg

Mykola Riabchuk, écrivain, Ukraine

Oleksandra Romantsova, Centre des libertés civiles, Ukraine

Olexander Scherba, Ambassadeur d’Ukraine en Autriche

Anton Sliepakov, musicien, groupe Dakhabrakha, Ukraine

Arkadiy Shtypel, poète, traducteur, Russie

Roman Shoutov, conseiller stratégique EaP, Centre balte pour l’excellence des médias, Ukraine

Alya Shandra, Presse Euromaidan, Ukraine

Konstantin Sigov, Directeur du Centre européen de recherche en sciences humaines, Université nationale de « Kyiv-Mohyla Academy », Ukraine

Ostap Slyvynsky, écrivain, Ukraine

Bohdana Smyrnova, cinéaste, New York / Kyiv Timothy Snyder, professeur d’histoire à l’Université Yale, Etats-Unis

Alice Stollmeyer, Directrice exécutive, Defending Democracy, Belgique

Maksym Strikha, professeur de physique, écrivain, Ukraine

Sergiy Sydorenko, Pravda européenne, Ukraine

Joanna Szostek, chercheur, Royal Holloway University of London, Grande-Bretagne

Liudmyla Taran, écrivain, Ukraine

Tetyana Teren, journaliste, Ukraine

Halyna Tkachuk, écrivain, Ukraine

Olena Tsybulska, musicien, groupe Dakhabrakha, Ukraine

Halyna Tytysh, journaliste, Ukraine

Andreas Umland, chercheur principal, Institut de coopération euro-atlantique, Ukraine

Oleksandr Vilchynskyi, écrivain, Ukraine

Pavlo Volvach, écrivain, Ukraine

Natalia Vorozhbyt, dramaturge et scénariste, Ukraine

Maryna Vroda, réalisateur et écrivain, Ukraine

Wira Wowk, écrivain, traducteur, membre du Club PEN, Brésil

Volodymyr Yermolenko, Ukraine Monde, Internews Ukraine, Hromadske.ua, Ukraine

Pavlo Yurov, réalisateur indépendant et acteur, Ukraine

Iryna Zabiiaka, traductrice, Kyiv, Ukrainereza Semotamová, Commission des écrivains en prison du Centre tchèque du PEN, République tchèque

Oksana Zabouzhko, écrivain, Ukraine

Yevgeniy Zakharov, Groupe de protection des droits de l’homme de Kharkiv, Ukraine

Alla Zamanska, Directeur de la télévision, Ukraine

Serhiy Zhadan, écrivain, Ukraine

Bohdan Zholdak, écrivain, Ukraine

 

 

Senegaalnet

 

Les commentaires sont fermés.