Modern technology gives us many things.

3e journée du groupe A : l’Uruguay s’empare de la tête du groupe

Groupe A en remportant son match contre la Russie. Face au pays hôte, les Uruguayens ont fait preuve de maîtrise.

L’Uruguay et la Russie s’affrontaient ce lundi à Samara pour la première place de leur Groupe A après avoir fait le plein de points lors des deux premières journées. La bataille était pressentie pour être très disputée, mais il n’y a pas vraiment eu match finalement. La Céleste a très vite tué tout suspensedans cette rencontre et les hôtes du tournoi n’ont même pas été capables de réagir en raison d’une infériorité numérique enregistrée peu après la demi-heure du jeu. Les Russes se sont trop vite sabordés

Intraitables à l’occasion de leurs premiers matches, les hommes de Cherchessov ont montré un visage beaucoup moins séduisant cette fois ci. Avec plusieurs changements dans le onze de départ, avec la mise au repos notamment de Mario Fernandes et de Golovin, ils ont tout fait à l’envers. Et les erreurs défensives, trop nombreuses durant la première période, n’ont pas du tout arrangé leurs affaires. Comme celle commise par Ignashevitch sur coup franc à la 10e minute.

Malgré son immense vécu international le défenseur de CSKA a disloqué le mur de son équipe sur la frappe de Suarez.  En s’écartant au dernier moment, et en écartant aussi deux Uruguayens. La frappe du Barcelonais, tirée à ras de terre, ne pouvait que finir au fond, surtout qu’Igor Akinfeev a été long à se détendre. Pour la première fois de la compétition, la Russie s’est retrouvée menée à la marque. Un cas de figure qu’elle ne connaissait que trop bien avant le tournoi, et elle savait donc sa capacité de réaction limitée.

S’il y a eu un espoir de recoller à la marque pour les locaux, celui-ci s’est définitivement envolé à la 23e minute quand Diego Laxalt est venu doubler la mise sur le deuxième temps d’un corner. D’un tir du gauche de l’extérieur de la surface, il a décoché une belle frappe, et celle-ci a été déviée par Cheryshev de façon à surprendre Akinfeev. 2-0, le break était assuré et l’Uruguay pouvait alors se consacrer à ce qu’il fait de mieux, à savoir défendre et préserver un avantage.

Cavani ouvre son compteur buts.

Même s’ils avaient la victoire en poche, les Uruguayens auraient quand même pu se montrer plus ambitieux. Et en particulier à partir du moment où son adversaire s’est retrouvé à dix Igor Smolnikov a pris deux jaunes en l’espace de quelques minutes, laissant sa sélection dans de sales draps. Mais, la prise de risques n’est manifestement pas dans les gênes de cette équipe. Certes, il y a eu quelques semi-opportunités pour aggraver le score mais ce n’est finalement qu’en fin de match que la Celeste a réussi à passer la seconde et à corser l’addition. Sur un autre corner, et après un bel arrêt d’Akinfeev devant Godin, Edinson Cavani a suivi de près pour conclure et inscrire son premier but dans la compétition.

Le mérite des Russes dans ce match c’est de n’a pas avoir sombré totalement en dépit d’une succession d’événements contraires.

Le score est lourd pour le pays organisateur, mais la façon dont la sélection a su résister et éviter une correction est plutôt encourageant. Cherchesov pourra, lui, toujours arguer qu’il a laissé plusieurs de ses meilleurs éléments sur le banc, ou alors brandir l’excuse de la chaleur (30 ° au coup d’envoi). Lors du prochain match, et à fortiori si l’adversaire s’appelle l’Espagne, il faudra cependant faire preuve de plus solidité et de concentration pour espérer étirer un peu plus son parcours dans ce Mondial.

Abdou Dia pour xibaaru

Les commentaires sont fermés.