Il a pris la relève de papa sans jamais avoir à en rougir. Enzo Zidane, lui-même footballeur, n’est pourtant pas toujours apprécié à sa juste valeur… à cause de son père.

Si la France a des étoiles plein les yeux depuis ce 15 juillet 2018 – deux, plus précisément, bientôt sur le maillot officiel -, personne n’oublie qu’auparavant, les Bleus brillaient déjà au firmament. En 1998, l’équipe de football tricolore remportait le premier trophée du pays après avoir marqué trois buts contre le Brésil : un d’Emmanuel Petit et deux de Zinédine Zidane. Autant dire que, vingt ans plus tard, ce nom résonne toujours dans nos oreilles comme celui d’une légende.

 

En revanche, entendre le mot « Zidane » n’est pas facile pour tout le monde. Et c’est notamment le cas pour l’un des trois fils de Zinédine et de sa femme Véronique, Enzo. A 23 ans, le jeune homme a pourtant suivi les traces de son papa sportif. Recruté par le Real Madrid dès son plus jeune âge, il porte désormais au dos le numéro 28 du Rayo Majadahonda, formation espagnole de la communauté de Madrid. Pourtant, arborer le même blason qu’un grand champion du monde ne semble pas être tous les jours une sinécure.

 

Interrogé par le journal ibérique Marca, Enzo Zidane a expliqué qu’il lui arrivait parfois de souffrir du regard des gens à cause de son nom… et plus particulièrement dans le milieu sportif qui l’a vu grandir. « Les gens te comparent, te critiquent, veulent plus de toi, disent que tu es ici parce que tu es le fils de quelqu’un, s’est-il attristé dans les pages du quotidien. D’autres vous critiqueront pour d’autres choses, mais j’essaie de ne pas penser ça ». Il serait effectivement plus sage d’aller droit au but…