Modern technology gives us many things.

Usage de lacrymogènes dans les écoles : La Police n’a pas bonne presse !

Après l’école Yacine Diagne  aspergée de lacrymogènes, c’est au  tour d’un autre établissement élémentaire de Mbacké d’être pris dans la tourmente de ces bombes gazés de notre police nationale. Aujourd’hui les sénégalais ne comprennent plus  la mission dévolue aux forces de sécurité. Ce qui a fait sortir les organisations de  Défense des Droits de l’Homme  de leurs gonds.

La Police nationale n’a plus bonne presse au sein de l’opinion s’il est avéré que sa mission intimement liée à celle du régime, se limiterait à la répression permanente des enfants à la fleur de l’âge .Le 9 mars passé, dans la course poursuite   entre manifestants et policiers, l’école élémentaire Yacine Diagne, située non loin du Commissariat central, a reçu une pluie de gaz lacrymogènes qui ont meurtri plusieurs élèves de cet établissement. Lundi 12 mars, le même rituel a été reconduit par nos forces de l’ordre qui ont encore « gazé » des élèves d’une école élémentaire à Mbacké dans la région de Diourbel. Et comme trop c’est trop, les organisations des Droits de l’Homme ont sonné l’alarme.Elles « condamnent fermement l’usage inapproprié de grenades lacrymogènes par la Police lors d’opérations de maintien de l’ordre ».Elles appellent la Police de s’abstenir de tout usage abusif et inapproprié de grenades lacrymogènes lors des opérations de maintien de l’ordre, en particulier lorsque les théâtres d’opérations se situent à proximité d’établissements préscolaires et élémentaires, qui accueillent de très jeunes enfants.

 

Senegal7

Les commentaires sont fermés.