Modern technology gives us many things.

Lutte contre le terrorisme: Une collaboration entre les journalistes et les autorités, une nécessité

Les attaques terroristes qui deviennent de plus en plus récurrentes inquiètent plus d’un. Et la façon dont les médias traitent l’information en rapport avec le terrorisme  devrait évoluer, selon certains observateurs. Et c’est dans ce sens qu’une rencontre est  organisée, ce matin.

Cette rencontre initiée par Friedrich Ebert  qui a vu la participation de plusieurs experts venus des pays de la sous-région est une occasion pour ces derniers de discuter sur comment les médias et les autorités Etatiques doivent travailler ensemble pour voir comment informer  afin de barrer la route à ceux qui perpètrent des attaques terroristes.  .Et c’est autour du thème : « Autorités Médias et terrorisme : La difficile équation » que les débats ont tourné.

Holder Grimm, directeur Paix et Sécurité , Centre de compétence Afrique Subsaharienne  est d’avis qu’en ce qui concerne les relations entre les deux parties, il y’a beaucoup à faire : « On peut faire mieux pour ce qui concerne les relations entre la presse et le pouvoir on peut faire mieux  dans l’intérêt de la population et pour sa protection», a-t-il dit.

Le Professeur Rachid Benlabbah de l’université Mouhamed 5 du Maroc , pour sa part, indique que  pour bien cerner la situation, il faudra, d’abord, identifier  tous les acteurs du champ terroriste : Pour lui, en dehors de ces médias et des autorités représentées par les forces de défense et les forces de sécurité, il y’a une forte montée en puissance des médias en ligne  et de membres actifs des médias sociaux. Compte tenu de tout cela, il trouve qu’il est important de mettre en place un cadre de concertation qui permettrait à la fois de répondre aux exigences de chaque corps : «  Les journalistes mettent en avant leur droit à la liberté d’expression, à l’accès à l’information et de l’autre côté, les  autorités sont devant l’obligation de protéger les populations, de les sécuriser, et , en même temps, de traiter de manière adéquate, tout ce qui relèverait des informations sensibles », a-t-il fait remarquer avant d’ajouter qu’il y’a « la montée en puissance de ce journalisme citoyen en rapport avec les médias sociaux et là , il n’y a, relativement, aucun contrôle sur ce qui est montré et dit. Ils veulent développer ».

Ainsi, dans la région  Sahélienne et Nord-Africaine,  cette liberté d’informer fait l’affaire des organisations  terroristes qui en profitent pour s’informer en temps réel pour se faire un nom mais aussi pour pouvoir toucher une large population pour pouvoir recruter mais aussi défendre leur version des choses. D’où l’importance d’une bonne collaboration entre autorités et les médias, selon M. Benlabbah.

Les médias ont joué un rôle à très important dans la radicalisation du terrorisme, mais la façon dont elle est traitée et les images qui sont véhiculées  peuvent aider  à la banalisation des actes terroristes, et les hommes des médias doivent  paire d’avantage preuve de responsabilité dans la mission qui lui est assignée.

Les commentaires sont fermés.