Demba Diop

Il a vu. Et il rend compte. Mais son témoignage est pathétique. Lui, c’est le chauffeur de taxi urbain, Mor. Sans autres précisions. Affrété depuis le rond-point dit “Case Bi” pour une destination à hauteur de Castors, Mor a confié au reporter de Actusen.com, ce qu’il a vu et entendu. Il était minuit passée.

“Je passais sur l’Avenue Bourguiba. Vers 21 heures. Des personnes mal en point ont arrêté mon taxi pour une course. Sur le bas côté de la voie, il y avait des blessés. Je ne savais pas encore ce qui s’est passé. Mais des cris fusaient de partout”, a-t-il témoigné.

Mais il sera aussitôt informé de la situation. Et c’est là que tout est parti pour lui. Dans le taxi, dit-il, il entend les gémissements des blessés. Il avait peur qu’ils n’arrivassent pas à l’Hôpital.

“J’ai mis dans le taxi 3 blessés et un accompagnant. Direction, l’hôpital général de Grand-Yoff (ex-Cto) où je les ai déposés. Mais ce que j’ai vu là-bas, est déplorable. Des dizaines de blessés sont couchés à même le sol. En attendant les premiers soins pour les uns, et des soins approfondis pour les autres. Les agents de la santé étaient débordés. Je ne crois pas que Cto pourra faire face à tous ces blessés”, a rendu compte Mor, la mort dans l’âme se demandant si tous ces gens peuvent-ils s’en sortir.

Pour lui, les Service d’urgences étaient envahis car les gens accouraient pour se renseigner du cas d’un des leurs disparus après les violences. Et arrivaient minute après minute.

“Chacun voulait s’informer du cas d’un frère ou ami qu’il n’a plus revu quelques instants plutôt”, rapporte-t-il.

“Ce que j’ai vu à l’hôpital Cto…”, coupe Mor sans terminer sa phrase. Après ces mots, il se tut jusqu’au moment où le reporter de Actusen.com le quitta. Toutefois, il a eu la dernière énergie en me balançant : “Que Dieu vienne en aide aux blessés”.

Actusen

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here