Modern technology gives us many things.

Kédougou: les syndicats d’enseignants toujours et encore dans la rue

La montagne a accouché d’une souris. La rencontre de vendredi dernier entre le premier Ministre et les syndicats d’enseignants s’est soldée par un échec : aucun consensus. Dans les régions, la lutte continue.

A Kédougou, après avoir déserté les salles de classes, dés 9 h ce lundi 19 mars 2018, les syndicalistes se sont retrouvés en assemblée générale. Revenant sur le compte-rendu de la rencontre avec le premier ministre, les syndicalistes ont réitéré leur détermination à encore poursuivre le combat.

“Nous faisons de la grève pour revendiquer  des droits.  Nous sommes en train de gagner la bataille. La communication du ministre est une communication fallacieuse.  A nous de bien communiquer avec les populations. C’est l’Etat qui est en train de prendre les élèves en otage. L’Etat est en train de sacrifier les enfants des pauvres. Même la population  doit marcher contre ce Gouvernement qui n’a aucune considération pour l’Education. Ce Gouvernement est en train de vouloir privatiser l’école. Ce Gouvernement, sa priorité  c’est ailleurs. La présence négative fait partie du plan d’actions, chacun doit essayer de convaincre ceux qui sont  encore dans les classes.  Il ne faut pas se cacher derrière les ponctions pour devenir un défaillant. Nous sommes conscients qu’un mot d’ordre de grève ne sera jamais respecté à 100%” ont dit les responsables syndicaux.

Ils ont par ailleurs appelé leurs autres camarades à résister le plus longtemps possible face aux éventuelles menaces du gouvernement.

“Mobilisons-nous, restons soudés et sensibilisons les autres qui sui sont autour de nous. Le grand  baobab a été secoué.  Seule la lutte nous libère. Nous avons fait beaucoup de sacrifices. Continuons la lutte, nous sommes sur la bonne pente. La radiation de tous les enseignants, 97000  salles de classes fermées,  c’est impossible. Nous sommes à la dernière phase. Ces menaces ne doivent pas nous faire peur. Les sommes proposées par le Gouvernement sont  dérisoires (15000 pour les fonctionnaires et 5000 FCFA pour les maitres contractuels).Ce gouvernement n’a jamais respecté  ses promesses”

A Kédougou, les syndicats d’enseignants  ont fait part de leurs intentions à prendre part à toutes les marches de protestation qui seront organisées dans les autres régions notamment à Ziguinchor.

Adama Diaby

Les commentaires sont fermés.