Modern technology gives us many things.

Sidy Lamine Niasse, le veilleur s’est assoupi

0

Tout le Sénégal doit rendre un hommage unanime à Sidy Lamine Niasse. Nous devons l’instauration du multipartisme démocratique à Me Abdoulaye Wade qui aura réussi à l’arracher avec tact à Senghor ; Sidy Lamine Niasse est quant à lui, le père du pluralisme médiatique au Sénégal.

Il a été un pionnier héroïque, qui a assumé par les actes d’abord et par la plume ensuite ses positions tranchées en faveur de la démocratie de la liberté pour le peuple sénégalais.

Personnage entier, Sidy n’aimait ni le clair-obscur, ni la compromission.

Il a toujours été au service de son peuple, entièrement consumé par son engagement sans cesse renouvelé aux côtés des citoyens sénégalais à chaque fois que la démocratie a été en péril, ou les intérêts du peuple menacés par les propensions à la dictature, ou aux dérives qui ont animé à un moment donné de leur règne, les différents présidents qui se sont succédé à la tête du Sénégal.

Il paiera sa liberté de ton et son indépendance d’esprit par un séjour mémorable en prison sous Senghor, avant qu’une longue coexistence pacifique ne marque ses rapports avec le régime du président Abdou Diouf, un homme d’Etat qui saura tirer largement profit de ses talents de diplomate fin connaisseur de la situation géopolitique dans le monde arabe.

Sidy Lamine Niasse aimait les symboles et savait mobiliser pour les causes qui transcendent les intérêts particuliers, ce qui a toujours fait de lui un phare éclairant la longue marche vers la maturité de notre jeune démocratie.

Il était libre en lui-même et savait avec conscience et acuité se déterminer face aux enjeux de l’heure. Il était un visionnaire dont la clairvoyance et la lucidité en faisaient un chroniqueur aux avis tranchés craints ou recherchés, selon que l’on soit du pouvoir ou de l’opposition.

Quiconque subissait ses foudres en perdait le sommeil. Il suffit juste de se rappeler l’épisode historique du phénomène Cheikhou Sharifou, qui déclencha sa colère légendaire contre les imposteurs qui voulurent faire du pauvre enfant innocent un miracle divin.

Sa dernière foucade fut destinée à la polémique soulevée par les propos d’un Idrissa Seck qui s’en mordra les doigts.

Sidy était faut-il le rappeler, un dignitaire religieux formé à la prestigieuse université Al Azhar du Caire.

Exégète du Coran, il était un abime de science qui maitrisait tous les savoirs islamiques à merveille.

Il n’en était pas moins un intellectuel moderne ouvert au dialogue des cultures et au débat inter religieux. Il a ainsi, toute sa vie, réfléchi sur le devenir de notre société navigant entre Islam et modernité, totalement extravertie au point d’en perdre ses valeurs cardinales.

C’est donc dire que Sidy Lamine Niasse incarnera durant son existence entière l’archétype du philosophe moderne.

Il laisse un héritage immaculé et un immense vide difficile à combler.

Un leader est parti.

Son œuvre, colossale, est un legs que chacun d’entre nous doit s’approprier, et faire fructifier, pour la seule cause du Sénégal, son combat.

Qu’il repose en paix.

Serigne Fallou MBACKE

Président du Conseil départemental de MBACKE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.