Salémata
Mohamadou Khouma, le responsable du pôle Bandé Bélédougou Niokolo de Bamtaaré service SA

Cette mission du Comité régional Consultatif (CRC) sur les bassins rizicoles de Salémata a permis de constater les réalisations, des projets/programmes et les gros efforts à consentir  encore dans cette région pour que Kédougou puisse nourrir Kédougou.

A la suite de l’étape de Dar Salam, la mission s’est rendue dans le bassin rizicole de Sambangara. Ici sur un potentiel de 800 ha de terres rizicoles, les producteurs n’ont exploité que  100 ha. Grâce à l’accompagnement des projets et programmes (PADAER, P2RS, SEDAP, Bamtaaré entre autres), les rendements ont évolué de 1 a 3 tonnes à l’hectare.

D’entrée de jeu Mohamadou Khouma, le responsable du pôle Bandé Bélédougou Niokolo de Bamtaaré service SA a apporté des précisions importantes sur la spécificité de la vallée de Sambangara.

« Ici, les producteurs sont confrontés à un problème de manque de matériels. Les bas-fonds s’engorgent d’eau très tôt. Le nombre de tracteurs reste insuffisant. Il y a une nécessité d’accompagner les OP pour l’achat de tracteurs supplémentaires. Nous avons préconisé le labour post- récolte  pour faire face aux aléas liés aux  changements climatiques, au manque de moyens pour le travail du sol et aux  feux de brousse » a-t-il dit

M Kandia Diaby, le président de l’Union d’Afia Pont a profité de l’occasion pour exposer les doléances des producteurs.

« Nous sommes en train de travailler avec au moins 6 villages Kéréwane, Afia Pont, Syllacounda et Afia Magasin… Cette année, du fait de la baisse de la pluviométrie, il y a un assèchement. 30 % ne sera pas récolté.  La récolte pose  beaucoup de problèmes. Nous ne disposons que d’une seule batteuse. Nous sommes très contents. Nous nous plaignons surtout de l’insuffisance des tracteurs.  Dans la zone, nous avons aussi des problèmes de magasins  de stockage des intrants et semences » a-t-il plaidé.

M Abou Sow, l’adjoint au Gouverneur chargé des Affaires Administratives  a félicité pour le travail  que les producteurs sont en train de réaliser sur le terrain. Cependant il a tout de même dit que le manque de matériels était  du gâchis étant donné que sur un potentiel de 800 ha, seuls 100 ha ont été emblavés.

« L’Etat est engagé à mettre du matériel à la disposition des producteurs. Nous avons des débouchés. Quelque soit la quantité de riz qui sera produite, il existe un quelqu’un qui peut acheter la production. Nous interpellons les projets et programmes à assister davantage les producteurs pour qu’ils puissent au moins emblaver pour que vous puisses avoir les 400 ha .Il faudrait également les  dans la récolte du riz ».

Ces informations se sont confirmées à la rizerie Maaromen de Kédougou. Malgré le potentiel de bassins rizicoles de la région, pour l’instant c‘est l’Ananbé qui ravitaille en grande partie la rizerie Maaromen de Kédougou. Cette situation oblige la SODEFITEX à faire face à des coûts liés au transport et à la manutention.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here