Etats Unis
Vente de journaux dans les rues de Dakar

Les quotidiens parus lundi mettent en exergue le professeur de Droit constitutionnel, Ismaïla Madior Fall, qui donne sa recette pour une Assemblée nationale de rupture, et le président Macky Sall, qui a reçu des militants de son parti, l’Alliance pour la république (Apr).

Pour une véritable Assemblée nationale de rupture sous la 13ème législature qui sera élue lors des législatives du 30 juillet 2017, Sud Quotidien note que le «Pr Ismaïla Madior Fall livre sa recette».

Selon nos confrères, le professeur Fall a invité les députés de la 13ème législature à se positionner dans l’amendement des projets de lois du Gouvernement et le contrôle de l’application de ces lois.

«Qui plus est, poursuit Sud Quotidien, il a plaidé la matérialisation définitive du statut du chef de l’opposition parlementaire, l’informatisation de l’agenda parlementaire, l’ouverture des portes de l’Assemblée aux organes de contrôle comme la Cour des comptes».

A la Une du Témoin, le professeur Ismaïla Madior Fall affirme qu’ «il n’y a pas de séparation des pouvoirs au Sénégal» à cause de raisons politiciennes.

«Fonctionnement de l’Assemblée nationale : Le cours de Ismaïla Madior», titre Le Quotidien.

Dans ce journal, le juriste indique : «Une proposition de loi n’est pas un critère pour évaluer une législature. L’Assemblée doit se soumettre aux corps de contrôle».

Pendant ce temps, L’As plonge dans la rencontre entre Macky Sall et ses militants de Kanel (Nord), à qui il a dit ce qui le lie au milliardaire Harouna Dia dépasse le critère politique».

Libération affiche «le sermon de Macky Sall» à propos des élections législatives, des listes parallèles et de l’opposition.

«Je n’utiliserai jamais que Dieu et les Sénégalais m’ont donné pour écraser un adversaire politique. Mais je ferai face, je n’ai pas peur de l’adversité», dit le président Sall.

Traitant des modalités pratiques d’organisation des législatives avec les 47 listes en compétition, EnQuête soulève «l’impossible consensus» entre le pouvoir et l’opposition.

Au journal, Abdourahmane Ndiaye de l’Apr estime qu’ «il faut organiser les élections avec tout ce que cela entraînera comme abstention ou impossibilité».

De son côté, Babacar Gaye du Pds précise que son parti «n’est pas une dynamique de chercher des solutions pour organiser de élections», alors que la coalition +Ndawi Askan Wi+ d’Ousmane Sonko propose un bulletin unique à 5 pages.

Le journal Walfadjri recueille l’avis de l’ancien ministre libéral, Abdou Fall, sur la candidature de l’ex-président de la république aux législatives.

«Me Wade, dit Abdou Fall, sait parfaitement ce qu’il fait. Il est tout à fait cohérent dans sa démarche».

La construction et la réhabilitation de sites religieux catholiques occupent la Une du Soleil qui informe que «Macky Sall alloue plus de cinq milliards de f cfa à l’Eglise».

Nos confrères de L’Observateur reviennent sur cette journée d’émeutes au marché Ocass et notent que «Touba s’émeut tout haut».

«Une trentaine de personnes interpelées, quatre blessée dont deux par balle. L’auteur des coups de feu en fuite. A l’origine des émeutes, une bagarre entre deux enfants. Le khalife appelle au calme et à la discipline.3 La police dégage toute responsabilité», écrit L’Obs.

Pourtant, Le Quotidien informe que c’est la police qui a tiré sur la foule et blessé deux personnes.

«Violentes affrontements à Touba-deux blessés dans une situation critique», renchérit Le témoin.

PARTAGER