Modern technology gives us many things.

Recrudescence des accidents mortels dans les carrières : l’APR Ngoundiane se révolte

Ayant encore en mémoire les décès tragiques des suites d’accidents de travail des jeunes comme Saliou Tine et Lamine Faye pour ne citer que ceux-là, les populations de Diack sont encore dans le désarroi. La mort a encore frappé dans les rangs de Diack à travers le énième accident de travail mortel du jeune Daouda FAYE, habitant à Mbalokh, récemment marié sans enfant  à l’entreprise GECAMINES le mardi 24 juillet 2018. Ne se limitant plus à la spoliation de nos terres cultivables, les carrières de Diack dans la commune de Ngoundiane sont en train de faire subir à la population des dommages extrêmement graves à cause des accidents mortels récurrents, des mauvaises conditions de travail, qui ne respectent ni le code du travail ni le code de l’environnement. Elles se sont embarquées dans une logique mercantiliste d’exploitation sauvage d’une ressource naturelle qui n’a jamais profité à la population locale. Cet or noire précieuse dont la découverte promettait des lendemains meilleurs pour la zone de Ngoundiane est en phase de devenir une catastrophe qui brise le rêve légitime des familles et d’une population qui n’a que l’agriculture et l’élevage comme moyens de subsistance. Plusieurs jeunes ont perdu la vie dans ce système d’exploitation qui bafoue la dignité humaine sans que des mesures idoines de sécurité ne soient prises pour contraindre les patrons des entreprises à améliorer les conditions de travail des employés.

Face à ce phénomène de destruction de la vie humaine, le silence est un sacrilège et une complicité coupable. C’est pour l’ensemble de ces raisons que nous, cadres de l’APR Ngoundiane condamnons fermement avec vigueur cette forfaiture qui prend de plus en plus d’ampleur, et interpellons le gouvernement du Sénégal  ainsi que les chefs d’entreprises à être plus regardants sur les conditions d’exploitation du basalte de Diack.

Nous félicitons l’Etat du Sénégal pour les nouvelles réformes entreprises dans le code minier et saluons également les bonnes relations existantes entre la municipalité de Ngoundiane et certaines entreprises d’exploitations qui, à travers la Responsabilité Sociétale des entreprises (RSE) commencent à appuyer la localité dans les secteurs de l’éducation, de la santé, et de l’hydraulique rurale.

Cependant, cela ne saurait être une raison pour continuer à accepter la situation tragique des travailleurs des carrières similaire à un esclavage moderne qui ne dit pas son nom.

Nous profitons de l’occasion pour appeler toute la jeunesse de ngoundiane à faire preuve d’une prise de conscience aigüe sur les méfaits de l’exploitation des carrières afin de freiner ce phénomène que nous appelons sans exagération  un navire en perdition  sans gouvernail.

 

La Coordination des Cadres Républicains

de Ngoundiane (CCRN)

Les commentaires sont fermés.