Modern technology gives us many things.

La prise en charge du genre à l’école : Enjeux et Perspectives

PAR SOULEYE BARRY PRINCIPAL DU CEM BOUCOTTE SUD DE ZIGUINCHOR

La prise en charge du genre à l’école est désormais prise au sérieux par les autorités mais dans la pratique, l’on constate des confusions et des ratées qui ont poussé le Professeur Soulèye Barry à poser le débat par cette analyse

La communauté scolaire se réjouit de la tenue de journées de partage et de réflexion sur les aspects de genre à l’école. Une telle approche devrait amener les acteurs à mettre à niveau les pratiques quotidiennes aux fins d’une prise en charge correcte des Apprenants, leur permettant de bénéficier d’un bien être indispensable à leur épanouissement, nécessaire au déroulement harmonieux d’une bonne scolarisation.

En outre, ces Panels offrent aux acteurs scolaires l’occasion de partager et d’apprécier le contenu et la signification des réformes afin de se conformer aux préoccupations et orientations officielles contenues dans la lettre de politique sectorielle du Ministère de l’éducation nationale, qui, dans son nouveau programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (2013-2025) porte des recommandations et Aspirations d’une communauté éducative de plus en plus impliquée et exigeante dans la vie de l’école, où  l’élève occupe une position centrale.

Ainsi Le système éducatif est périodiquement marqué par des réformes contenues dans différents programmes et la Réforme phare du PDEF dont l’évaluation a permis de constater un bond substantiel  au niveau de l’ ACCES avec cependant  quelques  in satisfécits constatés, notamment au niveau de la QUALITE, de l’EQUITE et de la Gouvernance participative, qui montrent des dysfonctionnements  dans l’Atteinte des résultats.

Le PAQUET contient donc des acquis permettant de corriger ces manquements, en mettant l’accent sur l’éducation inclusive des apprenants.

Le GENRE parait exclusivement réservé aux seules filles ; lié certainement à la vulnérabilité particulière de celles-ci.

L’approche genre dans le système éducatif a régulièrement préoccupé les acteurs-surtout au niveau de la prise en charge psychosociale des apprenants  issus de parents à revenus modestes, en attribuant des subventions financières (bourses) ou en hébergeant certains élèves dans un système d’internat. Malheureusement ces acquis n’ont pas connus une pérennisation, liée aux politiques économiques d’ajustement structurelle (1970-1990)

Pour l’école, la définition du concept peut s’appliquer à tout moment qu’un « handicap» (objet de différences) est constaté chez une cible, qui dans son insertion scolaire ne retrouve pas/plus l’harmonie nécessaire pour suivre normalement les Enseignements/Apprentissages, pouvant conduire au décrochage scolaire.

Les activités et la composition de cet organe de prise en charge des élèves concernent aussi bien les filles que les garçons. Tous les Apprenants en sont bénéficiaires et au-delà  l’institution scolaire et même nos familles.

La mise en œuvre du concept Ecole/Communauté doit s’ouvrir et s’intéresser d’avantage aux élèves, qui deviennent des acteurs essentiels dans les prises de décisions qui régentent leur destin. Ceci est la conséquence d’une démocratisation  accrue du système, intégrant même des aspects socioculturels des apprenants. Ex : pendant les cérémonies traditionnelles, le futur initié Diola est obligé de changer sa tenue vestimentaire.

Des expériences ont été déroulées pour accompagner ces réformes Ex : Plan Sénégal, autour de la thématique « Learning without Fear » (Apprendre sans peur), œuvrant pour la promotion, l’épanouissement et le bienêtre des enfants. Ainsi elle a développé une campagne de lutte  contre les violences scolaires.

L’ONG FAWE SENEGAL dans l’accompagnement des filles pour une émergence scolaire, en prenant en charge des séquences d’information et de sensibilisation pour le maintien des filles à l’école.

D’autres partenaires comme UNICEF : après avoir réussi l’étape de l’ACCES, ce partenaire appuie, le maintien et la réussite des filles à l’école.

La finalité de cet accompagnement est de permettre l’amélioration de la Qualité par une prise en charge correcte de la dimension Genre au sein des établissements, contribuant à réduire les inégalités, boostant ainsi les performances des élèves, en particulier les plus vulnérables (Vulnérare=blesser)

Le système ne doit plus laisser en rade du circuit éducatif des élèves pour des raisons d’handicaps.

Cette invite à l’intérêt au genre dans l’établissement est publié par arrêté n° 1731 du 31 Mars 2008, qui recommande aux établissements scolaires de Promouvoir les cellules Genre.

Ce nouvel intrant de qualité induit désormais de nouvelles configurations dans l’aménagement des équipements dans nos espaces  scolaires. Ex : Construction de latrines non mixtes, mais séparées entre filles et garçons, aménagement de rampe à l’entrée des salles de classes pour faciliter l’accès aux élèves handicapés etc…

D’ailleurs les problèmes de latrines ont longtemps défavorisé l’accès des filles à l’école ; en effet un garçon peut à tout moment et en tout lieu satisfaire son besoin physiologique d’uriner, à l’inverse de la fille (décence et possibilité d’infection fongique etc.…)

Désormais les statistiques de pièces périodiques annuelles renseignent sur ces aspects de prise en charge. Ces transformations de l’espace scolaire  ont permis de rehausser considérablement les taux de fréquentation scolaire par les filles.

Dans nos établissements, Les statistiques révèlent un ratio filles/ garçons, largement favorables aux filles ; ainsi, au niveau de nos foyers, il devient rare de trouver des filles de ménage. L’objectif de la scolarisation universelle des filles semble être atteint ; cependant l’obstacle reste le maintien et l’achèvement en fin de cycle.

Des concours et prix d’excellence sont initiés pour la promotion du genre : Ex : Miss MATHS (pour la promotion des filles en sciences) et même des postes de responsabilité réservés de façon discriminatoire aux dames.

Des observatoires prennent en charge des problèmes liés au genre d’élèves à situation sociale précaire, avec des rubriques budgétaires bien définies : l’Observatoire de la Vulnérabilité à la Déperdition Scolaire  fait annuellement le listing des élèves potentiellement en déperdition scolaire qui doit être soutenus.

La rubrique santé des élèves, ponctionnée au niveau des fonds additionnels, obligatoire (200 F/élève) assure le suivi sanitaire des élèves à l’Inspection Médicale  et à l’école qui peut désormais assurer des soins de santé primaire (Disponibilité de médicaments analgésiques, déparasitant, alcool)

La loi d’orientation de l’éducation nationale 2004 -37 du 15/12/2004(loi supérieure au décret et arrêté) rend obligatoire la scolarisation universelle, fondamentale du C I à la classe de 3e jusqu’à seize ans.

Cette loi contient des enjeux d’ordre économique, (ex : gestion budget ménage par la fille future femme), social, sanitaire (hygiène des enfants). D’énormes acquis dont bénéficiera la fille (future femme au foyer) ou le paysan et pêcheur  ayant bouclé le cycle fondamental (mieux informés sur les phénomènes climatiques. Les connaissances acquises lors de leur cursus scolaire leur permettront d’avoir des compétences nouvelles dans leurs domaines d’actions de la vie professionnelle.

Elle doit faire l’objet d’une appropriation approfondie par la communauté lors des fora. Les cours de remédiations déroulés dans les collèges renforcent les dispositifs d’accompagnement, permettant aux cohortes d’élèves de boucler le cycle fondamental avec un taux réduit de déperdition (renvois et redoublements crèvent les budgets scolaires).

Pour assurer le suivi de  l’ensemble de ces réformes, la cellule genre doit être soutenue en moyens conséquents, afin qu’elle assure un rôle de veille et d’alerte contre les Violences Basées sur le Genre en Milieu Scolaire(VBGMS)  et  faire le suivi de la réinsertion des filles mères dans le circuit scolaire après la suspension de scolarité liée à la grossesse, mais surtout les référer aux structures partenaires de l’école pour une prise en charge.

D’autres partenaires sont très actifs dans la sensibilisation ex : Module déroulé par Click Info Ado sur la sexualité  des ADO, permettant une maitrise  des informations sexuelles avec la mise à disposition d’une plateforme permettant une communication interactive entre ados et facilitateurs.

L’Action Educative en Milieu Ouvert, assure  l’appui juridique et judiciaire  sur le terrain, en veillant à ce que les élèves soient protégés, et en rappelant aux acteurs scolaires de se conformer aux recommandations.

La sensibilisation par les Fora sur les disparités entre filles et garçons, contre les VBG permettent aux parents de prendre des engagements pour une meilleure répartition du temps de travail (Filles et garçons peuvent équitablement se partager les tâches à la maison), ce qui permet aux filles d’avoir un temps d’étude.

Les  projets d’établissement prenant en charge l’amélioration des performances en science contiennent des activités qui renforcent le patrimoine didactique, et  permettent aux élèves déshérités d’en bénéficier.

Le nouveau programme, APTE/SENEGAL accompagne les élèves qui ne sont pas en mesure d’accéder au cycle secondaire en leur permettant d’élaborer un projet de vie, pour leur insertion future dans la vie active. Les élèves sont ainsi initiés à l’entreprenariat.

L’ensemble de la communauté scolaire doit accompagner ces innovations, permettant une éducation inclusive de tous nos enfants pour un développement harmonieux de la société.

Réflexions choisies et proposées par Soulèye BARRY,

 Professeur de SVT, Principal du CEM Boucotte Sud IEF et IA ZIGUINCHOR

Les commentaires sont fermés.