Modern technology gives us many things.

Le plaidoyer du sculpteur Ousmane Gueye pour un art africain plus compétitif

Le sculpteur Ousmane Gueye a présenté hier ses  œuvres au public en marge de la de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain qui se déroule du 03  mai au 02 juin. Une occasion pour lui de rappeler que les artistes doivent faire de sorte que le Sénégal, à l’instar des autres pays du nord, soit une destination privilégiée en matière d’art. « L’art africain mérite, aujourd’hui, une place exceptionnelle dans le monde entier. Un tableau de Leonard de Vinci vient d’être vendu à 750 millions de $ et c’est un dessin. Picasso, Braque, Le Fauconnier ainsi que Maurice De Vlaming qui se sont inspiré de l’art contemporain, l’art africain et aujourd’hui, il y a 8 millions de visiteurs au Quai des Arts à Paris. Et l’Afrique pourrait faire mieux. Le Sénégal peut atteindre plus de 50 millions de personnes par an. La Jamaïque qui est un petit pays dépasse 20 millions de visiteurs par an », a-t-il indiqué.

« Cette biennale n’est qu’une première . Le Sénégal en tant que pays de rêve peut même créer quelque chose de beaucoup plus important qu’une biennale », a-t-il ajouté.

Conscient du rôle qu’il doit jouer dans ce sens, M. Gueye de rappeler qu’il compte marquer d’une pierre blanche son empreinte pour que les générations futures puissent en bénéficier: « mon rôle en tant qu’artiste, c’est de revenir au pays, de rester dans ce pays qui m’a tout donné et faire quelque chose qui fera qu’on se souviendra de nous quand nous ne serons plus là qui puisse servir future génération ».

Lors de cette exposition, l’artiste peintre iranienne, Myriam Mohamadi Hadji, a aussi exposé ses œuvres. Pour joindre l’utile à l’agréable, l’artiste Shula Ndiaye aussi était de la partie et n’a pas manqué d’égayer l’assistance avec sa voix mélodieuse.

 

     

Les commentaires sont fermés.