Modern technology gives us many things.

Paris : les circonstances de la mort du Sénégalais fauché par la police

Ismaëla Deh est mort dimanche, après avoir été écrasé par un fourgon de police à Versailles. Il avait 60 ans et 8 enfants. Cela faisait 18 ans qu’il était en France, mais il était sans-papier. En voyant la police, il a fui pour éviter le centre de rétention.

L’accident qui a arraché la vie à Ismaela Deh est survenu ce dimanche. Alors qu’il vendait des goodies à l’effigie de la Tour Eiffel et des parapluies à la sauvette, il a été pris en chasse par des policiers qui voulaient l’interpeller. Le père de famille a tenté de les semer.

Ismaëla Deh a tenté de les semer. Parce que malgré ses 18 ans passés en France – dont près de 17 à faire la plonge à Cannes – le père de famille était sans papier. En 2008, il avait failli être expulsé après un séjour forcé en centre de rétention. Il ne voulait pas y retourner.

Ismaela Deh a donc couru, poursuivi par deux agents à pieds et un fourgon de police. C’est en tentant de traverser la rue pour changer de trottoir qu’Ismaëla a été renversé par le fourgon. Sa tête a frappé le capot. Il décédera 2 jours plus tard de ses multiples blessures.

Les policiers expliquent que c’est un accident, qu’Ismaëla Deh est arrivé brusquement, qu’il n’y a pas eu le temps de freiner. Les proches, plus d’autres vendeurs à la sauvette, contestent la version des faits. “Mais ils sont sans-papiers, c’est compliqué…” dit son neveu.

La famille d’Ismaela Deh veut comprendre pourquoi ce père de famille est mort écrasé par un fourgon de police. À quelle allure roulait-il? Pourquoi s’est-il engagé sur cette rue alors que 2 policiers le coursaient déjà? Pourquoi tout ce dispositif pr un vendeur à la sauvette?

Une enquête préliminaire a été ouverte; une autopsie doit d’ailleurs être réalisée ce jeudi 3 mai. Ensuite, la famille récupérera le corps d’Ismaila Deh pour l’enterrer au Sénégal. Ils sont déterminés à faire toute la lumière sur cette histoire.

Source : Twitter Sihame Assbague repris par Pressafrik

Les commentaires sont fermés.