Modern technology gives us many things.

‘’ Mubuqat Al Mubarakati’’, la résidence principale de KHADIMOUL KHADIM

Arrivé à Diourbel le 15 janvier 1912 après 17h sur décret de l’administration coloniale l’assignant en surveillance surveillée, le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba effectua la prière crépusculaire dans la maison contiguë de l’école élémentaire Ibrahima Thioye sise à Escale dans laquelle il y séjourna 13 mois. Le séjour du Saint-homme fut marqué par une affluence inouïe de pèlerins, venus de divers horizons pour demander conseils de morale et d’éthique, guérisons, remèdes ou prêter allégeance, le tout dans une ambiance rythmée de chants religieux, zikroulah, récitals de coran.

L’ambiance chaleureuse des lieux et la forte influence des Cheikhs (Mame Cheikh Ibra, Mame Thierno Ibra Faty, Mame cheikh Anta) incitèrent le Gouverneur Thévenot à octroyer au guide religieux, en mi-février 1913, un lopin de terre à l’est en dehors du quartier européen surnommé ‘’ MBay dé’’ (terre maudite) par les autochtones, composés d’une forte communauté Sérère hostile à l’islam et très ancrée au paganisme. Un véritable havre de paix pour le Serviteur du Prophète Muhamed(PSL) de se concentrer à ses charges religieuses, de réussir l’exploit de la conservation et l’expansion de l’islam en extirpant la haine des cœurs, freinant les velléités coercitives infligées par l’autorité coloniale et en affranchissant ainsi son peuple des chaînes de l’esclavage, des tentatives de Satan et des futilités de ce bas-monde.

Par le biais de Serigne Mbaye Diakhaté, le guide religieux s’acquitta honorablement du prix de cession, obtint l’autorisation d’y construire et le titre foncier le 16 janvier 1914. Une immense concession faite de branches et de tôles de 313m de côté, communément appelée Keur Gou Mack par les riverains fut construite par les disciples sur recommandation du Cheikh ; une résidence renfermant 313 abris 313 canaris, 313 personnes en référence aux partisans du Prophète. Mame Cheikh Ibra Fall Lamp reçut l’ordre d’y ériger trois maisons : une dédiée à Dieu où il pria, une au Prophète, une autre au grand public. La résidence renfermait entre autres 50 cases équipées de lits qui contenaient chacun des écrits du saint-coran bien entretenus, une mosquée en baraque où il effectuait les prières quotidiennes, Barsakh ou l’au-delà fut la maison abritant les femmes totalement isolées du monde extérieur, une autre réservée aux Djinns venus depuis Mayomba au Gabon. En somme une résidence remplie de mystères et de bienfaits divins.

Dans la même année, l’endémo-pandémie pesteuse, maladie génératrice d’un désordre sans précédent faucha lamentablement des centaines de fidèles, tous inhumés à l’insu de l’autorité coloniale au cimetière qu’il avait tracé de ses mains bénites et était situé à moins d’un kilomètre de la résidence. Cet acte provoqua l’ire du commandant de cercle Antoine Martin Arthur LASSELVES (1913-1915) qui exigea du Grand marabout une administration du quartier. Ainsi Serigne Balla Thioro fut désigné sur recommandation du Cheikh, après concertation des disciples, délégué de quartier chargé de rendre compte à l’autorité coloniale des évènements survenus dans le quartier. Le Saint-homme baptisa le quartier ‘’ Al Mubuqat Al Mubarakati’’ ou la Terre bénite ; une cité à laquelle s’agrégèrent des résidences des disciples et dignitaires de la confrérie à l’exception de Mame Cheikh qui s’installa au nord-ouest de la ville dans le quartier porta qui nom.

Le Grand marabout acquit auprès de Maissa Ndiaye un domaine foncier pour l’édification de la grande mosquée sur le site le 22 mai 1917 au prix de 200F. Cheikh Issa Diène, fervent disciple, parapha l’acte au nom de Serigne Touba en présence du Gouverneur Libasse De la Cor. Le dimanche 10 mars 1918, le Saint traça l’emplacement et les disciples commencèrent à creuser les fondements. Les travaux se poursuivaient jusqu’au lendemain où il procéda de ses mains bénites à la pose de la première pierre de la grande mosquée que Dieu lui avait gratifiée lors de son exil au Gabon. Le Fondateur des villages de Diène Lagane fut désigné maitre d’ouvrage jusqu’au terme de la construction du majestueux temple de Dieu sous la supervision du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba.

Lors du lotissement du quartier Serigne Fallou Mbacké, deuxième Khalife des mourides y ajouta le nom Médinatul en référence à la ville du Prophète. Serigne Cheikh Mbacké Gaindé Fatma, fils du premier Khalife Général et petit-fils ainé de Serigne Touba rénova somptueusement la résidence, y implanta une école et de bâtiments modernes et transforma la mosquée où le cheikh effectuait ses prières quotidiennes en un véritable joyau. Quant à Serigne Bassirou Mbacké, fils de Serigne Touba et père de l’actuel Khalife Général institua le Foulkou en 1946, lecture quotidienne de poèmes composés de xassaides et de versets de coran durant le mois béni de ramadan, une tradition initiée par son père de son vivant.

La présence de Khadimoul Rassoul dans la capitale du Baol transforma Diourbel en un foyer religieux et culturel sans précédent, en plein essor économique avec le commerce de l’arachide et de l’or, le négoce fructueux de plusieurs entreprises spécialisées (Maurel /Prom, Vezia, CFAO…    ), et le lit du bras de mer du Sine constituant ‘’le paradis des maraichers’’… L’administration coloniale dota de Jaar yéem des infrastructures régionales modernes de taille (école française Régional, hôpital Heinrich Lübke, l’usine de la SEIB…) et fit de la capitale du bassin arachidier une grande agglomération, un carrefour entre le Sine et le Saloum, le Cayor et le Ndiambour.

Médinatul Mubarakati fut la seule et unique maison construite par Cheikh Ahmadou Bamba. Une résidence qui abrita les 15 dernières années de sa vie sur terre en référence aux 15 jours pendant lesquels le Prophète Muhamed(PSL) lui avait rendu visite à Bayti Rassoul, l’une des toutes premières maisons construites dans son immense concession et dédiée à l’Elu. Se référant à la lettre qu’il avait confiée à un de ses disciples Serigne Aliou Sèye avant de s’élever vers Dieu, le Tout-puissant, chaque année passée à Diourbel symbolisa une journée de séjour du Prophète dans sa résidence bénite.

Médinatoul Mubarakati, Keur Gou Mack ou la principale résidence de Khadimoul Khadim demeure l’un des plus prestigieux monuments historiques de l’Afrique de l’ouest qui tarde toujours à être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Moustapha Niang, Coordonnateur départemental du Mouvement des enseignants

Rv/Deeg moo woor

Les commentaires sont fermés.