Modern technology gives us many things.

L’ONU annonce une médaille en l’honneur du capitaine Mbaye Diagne

L’Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé, jeudi à New York, l’institution d’une médaille du nom du capitaine Mbaye Diagne, pour honorer la mémoire de l’ancien casque bleu sénégalais mort au Rwanda, en 1994, alors qu’il sauvait des victimes du génocide.
Jeudi, le Conseil de sécurité a adopté une résolution pour dire sa « profonde reconnaissance l’action du capitaine Mbaye Diagne de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR) », rapporte une dépêche de l’ONU reçue à l’agence de presse sénégalaise à Dakar.

Le capitaine Diagne « a sauvé, sans arme et face à un danger extrême, la vie de centaines, voire d’un millier, de Rwandais lors du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda et au cours duquel des Hutus et d’autres encore ont également été tués », souligne la même source.

Le Conseil de sécurité a décidé d’instituer la « Médaille capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel » afin d’honorer les militaires, les membres de la police et du personnel civil des Nations unies et du personnel associé (…).

A cet effet, les futurs récipiendaires de cette médaille devront avoir « fait montre d’un courage exceptionnel et (…) bravé des dangers extrêmes en s’acquittant de leur mission ou de leurs fonctions, au service de l’humanité et de l’ONU ».

Les membres du Conseil de sécurité ont regretté « profondément qu’après le décès du capitaine Diagne, la famille de celui-ci n’ait jamais reçu de remerciements de la part du Secrétariat de l’ONU pour les sacrifices que leur valeureux parent avait consentis », signale la dépêche.

Ils ont prié le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, « de faire le nécessaire pour que, dans les six mois suivant l’adoption de la présente résolution, le dessin de la médaille soit arrêté, et de soumettre en temps voulu au Conseil de sécurité, les modalités de nomination et de sélection des récipiendaires ».

Il y a un mois, à l’occasion des commémorations du 20ème anniversaire du génocide rwandais, la journaliste française Annie Thomas, de l’Agence France Presse (AFP), saluait la mémoire du capitaine sénégalais Mbaye Diagne.

« Armé seulement de son courage et de son bagout, Mbaye Diagne a sauvé des dizaines de personnes, dont les enfants du Premier ministre assassiné. Il sera tué par un éclat d’obus le 31 mai, au désespoir des réfugiés de l’hôtel dont il était le héros. Et du mien », écrivait-elle.

Le journaliste britannique Mark Doyle (BBC) avait également rendu un vibrant hommage à Mbaye Diagne, en apportant un témoignage rare sur l’ancien officier sénégalais. Doyle était un des rares à avoir bien connu le capitaine Diagne.

En avril dernier, sa veuve Yacine Mar Diop déclarait sur RFI: « Chez moi, je crois qu’ils ne connaissent même pas son histoire. Actuellement, ils ne nous connaissaient même pas. On vit dans l’anonymat et on vit avec les moyens du bord ».

Elle ajoutait à propos des Nations unies: « Après sa mort, il y a une prime qui a été donnée, mais l’argent a été dépensé et je leur ai dit que je voulais aussi que mes enfants soient pupilles des Nations unies, mais sans suite. »

Les commentaires sont fermés.