Modern technology gives us many things.

L’Etat oublie les otages après leur libération: ils réclament des réparations

Les 12 ex-otages travaillant pour l’opérateur sud-africain Mechem dans le cadre du déminage de la Casamance ont réclamé, samedi à Ziguinchor, leur indemnisation, afin de permettre la prise en charge des problèmes psychologiques liés à leur enlèvement. « Aujourd’hui, nous sommes là pour parler de nos malheurs. On a beaucoup plaidé, mais rien n’a bougé. Après notre libération, nous étions confrontés à beaucoup de problèmes psychologiques que l’Etat n’avait pas pris en charge », a déclaré samedi leur porte-parole, Astou Guèye, lors d’un point de presse à Ziguinchor.
« Jusqu’à présent nous n’avons pas été indemnisés. Nous avons perdu beaucoup de choses lors de notre kidnapping par des éléments armés », a rappelé l’ex-otage. En présence de sept autres ex-otages, Astou Guèye, qui était l’infirmière du groupe, a rappelé qu’ils ont eu beaucoup de promesses après leur libération par César Atoute Badiate, un des chefs d’Atika, l’aile combattante du mouvement irrédentiste. Les 12 démineurs travaillant pour l’opérateur sud-africain Mechem, dont trois femmes, avaient été enlevés le 3 mai 2013 par des hommes armés à Kaïlou, dans la communauté rurale de Nyassia, département de Ziguinchor.

Les commentaires sont fermés.