Modern technology gives us many things.

Les quotidiens à fond sur la controverse autour du suspect de la mort de l’étudiant Bassirou Faye

La polémique enfle dans les quotidiens sénégalais parus vendredi à propos de l’arrestation du policier suspecté de la mort de l’étudiant Bassirou Faye le 14 août dernier à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), avec sa famille qui conteste le suspect et l’Etat qui maintient sa position.

Parlant de l’identification du meurtrier de Bassirou Faye, Le Populaire fait état à sa Une de «polémique autour du suspect du Procureur». «La famille de l’étudiant conteste le présumé meurtrier ; l’oncle (du policier) Tombon Oualy contredit Serigne Bassirou Faye (Procureur)», écrit Le Populaire.

Dans le journal, le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, parle «d’indices concordants et graves» et indique que le suspect «a cafouillé car, il n’arrive pas à dire les raisons pour lesquelles il est présent sur le campus».

«Arrestation de Tombon Oualy : Son oncle recadre le Procureur, sa maman inconsolable», titre L’As.

Le Quotidien qui illustre sa Une par une photo d’un policier au visage barré parle de «Tombon de questions».

Direct-Info publie intégralement la photo du policier à sa Une avec ce titre : «Le présumé meurtrier de Bassirou Faye». Le journal donne «ces faits qui donnent raison au Procureur» et informe que M. Oualy était bel et bien permissionnaire et qu’il avait était renvoyé de la gendarmerie pour mauvais comportement.

Selon Libération, le ministre de l’Intérieur va délivrer au Procureur un ordre de poursuite contre Tombon Oualy. «Le mystère s’épaissit», estime EnQuête qui donne la parole à l’oncle du policier : «La raison d’Etat qui sacrifie un gosse».

Pour Sud Quotidien, «l’Etat dégage sa responsabilité». S’il en est ainsi, c’est parce que dans Direct-Info, Me Sidiki Kaba, ministre de la Justice, estime que «le crime ne profite pas au régime de Macky».

A la Une du Soleil, le chef de l’Etat, Macky Sall, «invite à faire de la qualité un levier du Plan Sénégal Emergent (PSE)». En ce qui concerne l’habitat, le même journal informe que le Sénégal a un déficit de 125.000 logements sociaux.

Les commentaires sont fermés.