Modern technology gives us many things.

L’éducation dans l’acte 3 de la décentralisation : la Casamance entre espoir et incertitude

Le lancement de la 18ème édition de la semaine nationale de l’école de base pour le compte de la région de Ziguinchor a eu lieu hier Jeudi dans le village de Niamone département de Bignona. Le moment a été saisi par les acteurs pour se pencher sur le thème de cette année ; « école et acte 3 de la décentralisation, quelle option pour une meilleure prise en charge de l’éducation par les communautés et les collectivités locales ». Selon le secrétaire général de l’IA (Inspection d’académie) de Ziguinchor, Ousmane Sané, ce thème est plus que révélateur vu le saut qualitatif que l’état veut faire d’ici 2025 ; une école pour et par les communautés qui vise la qualité. Mais la question de l’implication des communautés dans l’éducation ne se pose pas dans la région de Ziguinchor vu le fort taux de scolarisation et les efforts consentis par les populations pour permettre aux enfants d’aller à l’école. Le problème qui se pose ici est celui des moyens nécessaires pour une éducation de qualité. Et c’est sur cette question que la réflexion doit porter de l’avis du président du conseil rural de Niamone, Mr Léopold Coly. Pour lui, la question ne peut être réglée que si l’état accepte de mettre plus de moyens entre les mains des collectivités locales conformément aux projections faites dans l’acte 3. Les prévisions contenues dans le document de la réforme de la décentralisation en matière d’éducation témoignent de la prise de conscience de l’état quant aux difficultés que rencontre l’école sénégalaise et le moment est venu, selon les acteurs, de corriger les insuffisances pour qu’en fin l’école puisse se mettre sur les rails de la qualité.
Mamadou Lamine Badiane à Bignona pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.