Modern technology gives us many things.

Le Sénégal honoré : Moussa Touré membre du jury du Festival de Cannes 2014

Le cinéaste sénégalais Moussa Touré a été retenu pour faire partie du jury de la section officielle “Un Certain Regard” de la 67e édition du Festival de Cannes, prévue du 14 au 25 mai prochains, a appris l’agence de presse sénégalaise, vendredi à Dakar.

“Je suis très heureux que vous ayez accepté d’être membre du jury de la sélection officielle +Un certain regard+ lors du 67ème Festival de Cannes qui aura lieu, comme vous le savez, du 14 au 25 mai 2014”, est-il écrit dans une lettre de Gilles Jacob, président dudit Festival, adressée au cinéaste sénégalais.

Moussa Touré, 56 ans, est un cinéaste et producteur qui a débuté très jeune sa carrière dans le cinéma, d’abord comme technicien (électricien, assistant réalisateur), avant de réaliser en 1987 son premier court-métrage, puis son premier long-métrage “Toubab Bi” (1991), plusieurs fois primé.

À ce jour, il compte à son actif une dizaine de films, dont “La Pirogue” (2012), présenté comme un drame sous forme de huis clos à ciel ouvert sur l’immigration africaines par voies maritimes. Un an avant la sortie de ce film, le Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO) lui avait confié, en 2011, la présidence du jury des films documentaires.

Gilles Jacob, président du Festival de Cannes, et Thierry Frémaux, son délégué général, avaient dévoilé à Paris, le 17 avril dernier, la Sélection officielle de l’édition 2014 du Festival de Cannes, riche de 18 œuvres en compétition pour la Palme d’or, dont “Timbuktu”, le long métrage du cinéaste et producteur mauritanien Abderrahmane Sissako, le seul film africain en lice.

“Timbuktu, Le Chagrin des Oiseaux” raconte l’histoire de la ville de Tombouctou, surnommée “la ville aux 333 saints” ou “la perle du désert”, un lieu de rencontres et de brassage, jadis symbole de tolérance et de symbiose entre les communautés qui y vivaient.

Cette cité passe quasiment comme une ville-martyre, depuis son occupation par les islamistes qui avaient créé en 2012 un tollé mondial pour avoir détruit des lieux sacrés de Tombouctou, principalement les derniers mausolées de la ville classée patrimoine mondial de l’UNESCO.

Abderrahmane Sissako est l’un des rares cinéastes d’Afrique Noire à avoir obtenu une notoriété internationale, avec Ousmane Sembène (Sénégal), Souleymane Cissé (Mali), Idrissa Ouedraogo (Burkina Faso) ou le Sénégalais Djibril Diop Mambety.

Voici la liste des films en compétition :

‘’Sils Maria’’, Olivier Assayas (France)

‘’Saint Laurent’’, Bertrand Bonello (France)

‘’Sommeil d’hiver (Kis uykusu)’’, Nuri Bilge Ceylan (Turquie)

‘’Map to the Stars’’, David Cronenberg (Canada)

‘’Deux jours, une nuit’’, Jean-Pierre et Luc Dardenne (Belgique)

‘’Mommy’’, Xavier Dolan (Canada)

‘’Captives’’, Atom Egoyan (Canada)

‘’Adieu au langage’’, Jean-Luc Godard (France/Suisse)

‘’The Search’’, Michel Hazanavicius (France)

‘’The Homesman’’, Tommy Lee Jones (Etats-Unis)

‘’Deux fenêtres (Futatsume no mado)’’, Naomi Kawase (Japon)

‘’Mr. Turner’’, Mike Leigh (Grande-Bretagne)

‘’Jimmy’s Hall’’, Ken Loach (Grande-Bretagne)

‘’Foxcatcher’’, Bennett Miller (Etats-Unis)

‘’Le Meraviglie’’, Alice Rohrwacher (Italie)

‘’Timbuktu’’, Abderrahmane Sissako (Mauritanie)

‘’Relatos Salvajes’’ (Wild Tales), Damian Szifron (Argentine)

‘’Leviathan’’, Andrey Zvyagintsev (Russie).

 

Les commentaires sont fermés.