Modern technology gives us many things.

Le projet Usaid/EPQ renforce les capacités des femmes enseignantes en leadership et au plaidoyer…

Le réseau des femmes enseignantes en milieu rural vient de boucler une session de formation de 3 jours organisée par le projet Usaid /Epq sur le leadership, le genre, le plaidoyer et la planification pédagogique entre autres.
Le projet Usaid/Epq continue lentement et sûrement sa progression par la création de conditions favorables à l’atteinte de la qualité dans le secteur de l’Education. Cette session de formation sur le plaidoyer le leadership, la planification scolaire entre autres illustre parfaitement cette volonté des responsables du projet. Le temps de cet atelier pour que les membres de ce réseau se familiarisent avec les notions de leadership, de genre et de plaidoyer.
Faire des enseignantes des femmes leaders
« Il s’agit à travers cette formation d’outiller les membres du réseau à pouvoir jouer pleinement leurs rôles en tant qu’enseignantes en service dans le monde rural mais également en tant que femmes leaders. Elles sont appelées à devenir des modèles pour les élèves (filles) qui n’ont plus de repères et pour les parents d’élèves qui n’accordaient jusque-là aucune importance à la scolarisation des filles. Faire de telle sorte que les enseignantes impulsent le développement dans les localités où elles servent » a souligné M Papa Ousmane Diallo, coordonnateur du projet Usaid/Epq.
Préparer le plan de carrière des enseignantes
Au-delà de ces aspects, d’autres thèmes directement liés à la carrière de l’enseignante ont été abordés. Il s’agit de la planification pédagogique et de la législation scolaire.
Un accent particulier a été mis sur les avantages d’une planification pédagogique qui reste une activité indispensable pour dispenser des enseignements de qualité, les inconvénients d’un enseignement non planifié qui se traduit par une incohérence dans les idées.
Pour réussir ce plan de carrière, les enseignantes sont appelées à servir le plus longtemps possible dans le monde rural.
Continuer à servir en milieu rural…
« Le monde rural est dur. Cependant, il est intéressant d’y servir pendant au moins 4 ans pour renforcer nos expériences et faire des découvertes. Nous sommes toutes des débutantes, nous n’avons pas assez d’expériences. Prenons tout notre temps pour avoir le maximum d’expériences. Référons-nous à la parole de Cheikh Ahmadou Bamba je cite : « la passion doit être maitrisée et dirigée par la raison et jamais l’inverse ». L’envie d’être près de nos parents ou de nos maris ne doit pas emporter sur la raison. Soyons raisonnables et restons là pendant 4 ou 6 ans s’il le faut » a conseillé Mme Anta Dione, présidente du réseau des femmes enseignantes dans le monde rural.
En dehors de cette session de renforcement de capacités, le projet usaid/Epq compte très prochainement organiser la journée du partenariat pour mettre en relation le réseau des femmes enseignantes en milieu rural avec d’autres partenaires capables de soutenir ses actions à la fin du projet.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

1 commentaire
  1. Ibelmbay dit

    Au nom de touTEs les membres du réseau, je remercie EPQ pour l’utilité et la pertinence de cette formation.

Les commentaires sont fermés.