Modern technology gives us many things.

Le fils de l’Imam Ndao réagit avant le verdit du procès de son père

Selon Moustapha Ndao, fils de l’Imam Ndao : “Si mon père était réellement un jihadiste, je serais sa première recrue”

Dans moins de deux semaines, la justice sénégalaise dira le droit dans l’affaire Imam Ndao. Un contexte choisi par la famille du détenu le plus célèbre du Sénégal pour s’entretenir avec la presse. En marge de cette rencontre avec les journalistes, l’un de ses proches et non des moindres puisqu’il s’agit de son fils, a accepté de répondre aux questions de nos confrères de Dakaractu.

Convaincu que son père est injustement retenu dans les liens de la prévention, Moustapha Ndao nous confie qu’il attend de la chambre criminelle qu’il relâche le coordinateur de la section kaolackoise de la ligue des Imams et prédicateurs du Sénégal. Selon lui, si l’Imam Ndao était vraiment un jihadiste tel que lui reproche le parquet, son entourage proche serait parmi ses premières recrues. Ce qui n’est pas le cas puisqu’aucun de ses fils, encore moins ses frères, n’a été arrêté.

Dans un autre registre, Moustapha Ndao tient à informer l’opinion de la poursuite des tortures dont son père ferait l’objet en détention. “Mercredi dernier, je lui ai rendu visite et j’ai remarqué qu’il avait un turban mouillé bien attaché autour de la tête”, révèle un Moustapha Ndao résigné selon qui, ces “brimades” relèvent des épreuves auxquelles tous les hommes de Dieu ont été confrontés. Pour terminer, il assure que l’intérim est bien assuré par son oncle paternel et lui-même au Daara de son père. “Il aurait vraiment échoué si nous n’étions pas capable d’assurer son intérim”, argue-t-il.

Les commentaires sont fermés.