Modern technology gives us many things.

Le feu couve à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc de Dakar

L’institution Sainte Jeanne d’Arc de Dakar (ISJA) est une structure scolaire appartenant à la congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny. L’Institution Sainte Jeanne d’Arc, établissement homologué et partenaire de l’AEFE, offre aux élèves qui la fréquentent deux types de programmes : un programme français et un, sénégalais.

L’institution est administrée par un Proviseur (de nationalité française) et de la supérieure de la congrégation Mère Anne Marie NDOUR.

Depuis l’arrivée de ces deux personnes, le personnel sénégalais de l’ISJA ne cesse de vivre l’enfer.

Pour exemple, après un mois d’exercice, Mme TALL Rayanna (au nom de la direction) a procédé à un premier licenciement, un enseignant sous contrat avec l’ISJA et n’étant dans aucun syndicat.

Au mois d’octobre passé, un autre collègue a été remis à la disposition de la DIDEC (Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique) la structure  qui gère toutes les écoles du privée catholique du diocèse de Dakar, pour deux coquilles commises dans une épreuve de français. « Nous avons considéré la décision hâtive et partisane d’autant plus qu’à la même période, du côté de la direction, les coquilles sur les documents par elle, affichés ou envoyés aux enseignants,continuaient à rendre imparfaite la langue de Molière. Alors, pourquoi s’acharner sur un jeune collègue qui a travaillé sous pression ? Les délégués ont tout fait pour réhabiliter le collègue dans sa dignité d’enseignant. La direction a persisté dans son action, allant jusqu’à solliciter auprès de la DIDEC une mutation que nous jugeons arbitraire» renseigne le collectif des enseignants sénégalais dans un mémorandum parvenu à xibaaru.

Toujours dans cette purge concernant le personnel sénégalais de l’ISJA, selon le collectif, “le licenciement du Conseiller Principal en Éducation (CPE) Monsieur B.D, en fonction depuis 2003, et cela à quelques jours des examens. Certes les motifs avancés ne peuvent être laissés qu’à l’appréciation des hommes de droit, mais chacun d’entre nous a droit à la vérité et à l’information.

Motifs du licenciement :

Absence non autorisée du 30 avril au 4 mai 2018 (3 jours ouvrables pendant les vacances d’été) et défaut de production, dans le délai imparti, d’une pièce justificative, suite à une réponse à une demande d’explication”.

Pour nous, dit-il, “le droit dira son dernier mot, mais le succès de nos candidats au baccalauréat nous semblait primordial, quand on sait que le CPE du lycée demeure une personne-ressource exceptionnelle du système éducatif choisi par l’établissement pour la discipline, pour la préparation et le suivi des élèves aux différents examens. Si le projet était de le liquider et de le remplacer par un CPE français, la sagesse voudrait que les reproches soient faciles à admettre. Veuillez noter en passant que l’année dernière, Madame TALL Rayanna (Proviseure) et sa fille inscrite en Terminale ES se sont autorisées une absence d’une journée entière parce que leur chien était mort et qu’elles étaient très choquées et trop tristes pour venir à l’école. Notre CPE, lui, accompagnait son fils en clinique pour une intervention chirurgicale. Visiblement son chien compte plus, à ses yeux. Qui nous demandera de ne pas être humainement atteints et indignés? Ce qui est dit aux collègues devant quitter l’établissement est ici valable : Le poste sera normalement pourvu pour la rentrée prochaine par un CPE français. Qu’à cela ne tienne. Mais à notre profond regret”.

Last but not least, la direction a demandé le départ de 6 collègues sénégalais en plus de deux autres qui sont en sursis pour l’année scolaire 2018-2019 uniquement.

Il faut noter que les professeurs français sont, en majorité, incapables d’intervenir au programme sénégalais ce qui n’est pas le cas des sénégalais. Pour les délégués du personnel de la structure, “il est temps de mettre fin à la discrimination, au racisme et au tâtonnement comme le prouvent les prises de décision décriées et donc impopulaires de même que la communication entachée toujours par un élan de sanction. Nous invitons la Direction actuelle de l’Institution Sainte-Jeanne d’Arc à se ressaisir en comprenant que le harcèlement, la menace et l’autoritarisme ne passeront pas”.

Les commentaires sont fermés.